Back to top

Services de santé

LIRE ET INTERPRÉTER LES DONNÉES PROBANTES SUR LA SANTÉ ET LES SOINS DE SANTÉ - GUIDE À L'INTENTION DES FEMMES

Section: 

Le Comité coordonnateur des femmes et la réforme en santé a publié ce guide visant à donner aux femmes les outils nécessaires pour évaluer les affirmations et les données sur les femmes, la santé et les réformes des soins de santé. Par exemple, lorsque les résultats d’une recherche sont publiés :

Qui sont les auteur(e)s de la recherche?

Qui en sont les commanditaires?

 À qui profite-t-elle?

  Le guide peut être téléchargé à l'adresse suivante :
http://www.cewh-cesf.ca/PDF/health_reform/evidenceFR.pdf

RAPPORT ANNUEL 2005 DU MÉDECIN-HYGIÉNISTE EN CHEF DE L’ONTARIO

Section: 

Le rapport annuel du médecin-hygiéniste en chef de l’Ontario, Dre. Sheela Basrur vient d’être publié et est disponible à : http://www.health.gov.on.ca/french/publicf/pubf/ministry_reportsf/ph_ontariof/ph_ontariof.html. Le rapport s’intitule: Établir des assises solides pour la construction d’un système de santé publique robuste au bénéfice des Ontariennes et des Ontariens. Ce rapport est en quel

SOMMAIRE DU DEUXIÈME RAPPORT SUR LA SANTÉ DES FRANCOPHONES DE L’ONTARIO

Section: 

<>L’Institut franco-ontarien de l’Université Laurentienne, en collaboration avec le Programme de recherche, d’éducation et de développement en santé publique, a publié en décembre 2005 le Deuxième rapport sur la santé des francophones de l’Ontario. Le sommaire de ce rapport suit. Le rapport complet est disponible au site :
http://www.sdhu.com/content/resources/folder.asp?folder=4113&parent=11&lang=1

Introduction et méthodologie
Le premier Rapport sur la santé des francophones de l’Ontario, qui a été publié en 2000 par le programme de Recherche, éducation et développement en santé publique, recommandait en 2000 d’assurer un suivi au rapport. Ce Deuxième Rapport sur la santé des francophones de l’Ontario offre une mise à jour et se présente sous le même format et adopte les mêmes paramètres que le premier. Il définit « francophone » en fonction de la langue maternelle. Il utilise l’approche des déterminants de la santé et analyse généralement les mêmes variables, sauf lorsque les questions de l’enquête de 1996-1997 ne se retrouvent pas dans l’enquête de 2000-2001 et que, pour des considérations reliées à la disponibilité des ressources, quelques variables ont dû être considérées par l’équipe et le comité consultatif comme de moindre importance. À la différence du premier rapport, toutefois, le deuxième est le résultat de la contribution de plusieurs auteurs. Le deuxième rapport est basé principalement sur l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2000-2001, à laquelle s’ajoutent les données du Recensement de 2001. L’équipe technique, dirigée par la même épidémiologiste que pour le premier rapport, a utilisé la même méthodologie, améliorée par l’expérience du premier. Elle a effectué des compilations pour l’ensemble de la population, pour les groupes sociolinguistiques (francophone, anglophone, allophone) et pour les régions et les subdivisions régionales de la province, dans le but de faire des comparaisons entre les divers groupes.

Profil socio-démographique

Le portrait socio-démographique fait état de changements en profondeur: vieillissement, amélioration de la scolarité et de la littératie. La population de langue maternelle française représente 4,7 % de la population ontarienne, mais, à 3,9 %, elle forme une moins grande proportion de la population des régions métropolitaines de recensement. Elle se retrouve en proportion croissante dans le centre de la province, dans la région métropolitaine de Toronto, et elle est de plus en plus multiculturelle, même si sa principale source de nouveaux arrivants demeure le Québec. Le nord-est demeure la région où sa proportion est la plus grande, l’est, celle où se trouve le plus grand nombre. La population de langue maternelle française de l’Ontario est plus âgée, en moyenne, que l’ensemble de la population, et les personnes aînées comptent une plus grande proportion de femmes que l’ensemble de la population ontarienne. Son niveau de scolarisation est moins élevé, ce qui est relié à la moyenne d’âge: ce sont les personnes aînées qui sont moins scolarisées, alors que les générations plus jeunes sont à un niveau comparable à leur groupe d’âge dans l’ensemble de la population ontarienne. La structure occupationnelle des francophones est assez semblable à celle de l’ensemble. Le revenu moyen se compare à celui de l’ensemble; toutefois, il est moins élevé que celui de la population anglophone et celui des femmes francophones est plus élevé que celui de l’ensemble des Ontariennes.

Auto-évaluation et autogestion de la santé

MARCHÉ EN TERRAIN GLISSANT : LES FEMMES MALTRAITÉES ET LEURS EXPÉRIENCES AVEC LE SYSTÈME DU BIEN-ÊTRE SOCIAL DE L'ONTARIO

Section: 

Un nombre important de femmes, qui reçoivent de l’aide sociale, sont victimes de mauvais traitements dans leurs relations intimes. La réglementation et les conditions qui les qualifient pour l’aide sociale peuvent affecter de façon négative leur sécurité et leur bien-être (ainsi que ceux de leurs enfants), leur égalité, leur indépendance et leur contribution dans la société. Cette recherche explore cette problématique. Pour avoir accès au rapport cliquez sur le lien suivant :

RÉFLEXIONS SUR LA CHARTE DE LA PROMOTION DE LA SANTÉ DE BANGKOK

Section: 

Au mois d’août dernier, à Bangkok en Thaïlande, 700 participants représentant plus de 100 pays ont adopté « La Chartre de la promotion de la santé de Bangkok » à la 6e Conférence globale de la promotion de la santé (http://www.who.int/healthpromotion/conferences/6gchp/bangkok_charter/en/). Cette nouvelle charte se veut une addition à celle d’Ottawa. « Cette charte identifie les principaux défis, actions et engagements nécessaires pour appliquer les déterminants de la santé en vertu de la globalisation en allant chercher les personnes, groupes et organisations requis pour l’obtention de la santé » ( traduction libre,

Pages

Subscribe to RSS - Services de santé