Back to top

LE TRAVAIL D'ÉQUIPE : RASSEMBLER L’EXPERTISE ET L’EXPÉRIENCE

Error message

Deprecated function: implode(): Passing glue string after array is deprecated. Swap the parameters in drupal_get_feeds() (line 394 of /home/ohpe/public_html_767/includes/common.inc).
Section: 

De nos jours, le travail en équipe est pratiqué dans divers domaines : la santé, les services sociaux et l’éducation. On parle de plus en plus d’équipes autonomes, semi-autonomes, autogérées, multi-disciplinaires, multi-sectorielles, etc. On peut également constater que de plus en plus d'organismes et d’entreprises, de nos jours, ont adopté cette formule de travail et l’on peut voir plusieurs d’entre elles inclure dans leurs critères d'embauche la capacité de travailler en équipe. C’est une formule de travail demande beaucoup de souplesse de la part des individus mais elle peut aussi s’avérer une expérience très enrichissante.  

L'individu: l'acteur principal de la réussite de l'équipe

Pour commencer, on définit le mot « équipe » comme étant un groupe de personnes interagissant qui travaillent ensembre dans l’atteinte d’une cible commune. Cette définition fait donc ressortir trois caractéristiques essentielles que présente le travail d’équipe :
- une cible commune: un but ultime à atteindre, un produit final à réaliser;
- un processus qui s'appuie sur les moyens, ressources et outils de chacun;
- la répartition des efforts de chacun des membres c’est-à-dire une collaboration lors de la réalisation des tâches et le tout dans un climat de travail sain et solidaire.

Craintes les plus fréquentes des membres :

- méconnaissance des autres membres de l’équipe ;
- peur de la non-expression de ses idées et de l'apparition de conflits d'opinions difficulté de coordination des horaires de chacun pour la tenue des réunions, peur du piétinement, de la perte de temps lors des rencontres; et,
- crainte d'un partage inéquitable des tâches et dans l'effort de chaque membre de l'équipe.

La réalisation d'un travail en équipe exige d’avoir consensus au sein de l'équipe sur ce que sont, explicitement, la cible et la tâche communes. Avant d'entreprendre le travail, les membres de l'équipe doivent absolument se donner le temps d'examiner et de clarifier la perception qu’ils de la cible et de la tâche communes.    Ils doivent identifier ensemble ce que sera la cible commune et pour cela il suffit de s'interroger sur ce que doit être le produit final qu’aura  ensemble à réaliser les membres de l'équipe.

La tâche - qui fera quoi - quant à elle, réfère plutôt à la façon dont on doit s'y prendre pour réaliser la cible commune. Quels moyens les membres de l’équipe utiliseront-ils pour parvenir à leur fin? Dans certains cas, plusieurs ressources, moyens ou outils seront disponibles; plusieurs procédures, méthodes, ou techniques se montreront efficaces; plusieurs contextes paraîtront pertinents.

Dans une équipe de travail, chaque personne est responsable de l'atteinte du but commun et demeure une ressource pour les autres membres en contribuant à animer et à soutenir l'équipe de travail par sa motivation, sa participation, ses efforts, son expertise, son savoir, ses habiletés, ses qualités, etc.

Selon Prégent (1990), chaque membre possède une <<énergie disponible>>; celle qu'il met à la disposition de l'équipe en s'impliquant dans la tâche à réaliser et dans les relations avec les autres. Il arrive, à certains moments et pour des raisons diverses (préoccupations personnelles, surcroît de travail, état de santé, etc.), qu'une personne se montre moins intéressée aux activités de l'équipe. À ces moments, une partie de son énergie est transformée en ce que Prégent (1990) appelle <<l'énergie résiduelle>>. Plus l'énergie résiduelle de chaque membre est élevée, moins l'équipe possède d'énergie disponible pour progresser. A l'inverse, plus l'énergie résiduelle des membres est minime, plus l'énergie disponible sera élevée et le fonctionnement de l'équipe sera meilleur.

La communication

L’atmosphère qui règne au sein d'un groupe dépend, entre autres choses, de la façon dont les membres communiquent entre eux : comment ils s'y prennent pour exprimer leurs suggestions, leurs oppositions ou leurs commentaires concernant les différents aspects du travail à réaliser. Il en est de même lorsqu'il s'agit d'exprimer leurs sentiments, les malaises ou les tensions concernant, par exemple, l'attitude, le comportement ou la façon d'échanger ou de travailler d'une personne. En ce sens, l'expression des sentiments doit aussi se faire de façon adéquate, soit dans le respect des membres de l'équipe, en utilisant un niveau de communication favorisant la confiance mutuelle entre les personnes et en assurant la confidentialité des propos échangés au sein de l'équipe. Une bonne communication entre les membres de l’équipe favorisera l’interaction.

Tous les membres d'une équipe ne peuvent pas toujours être d'accord sur tout. Le désaccord fait partie du quotidien d'une équipe. Effectivement, une volonté ferme de la part de chaque équipière et équipier à entretenir au sein du groupe des relations interpersonnelles saines constitue, au départ, un élément qui contribue à favoriser un climat de travail sain pour une équipe. C'est dans cette optique, d'ailleurs, que certaines personnes évitent d'exprimer leurs désaccords, leurs réserves ou leurs sentiments concernant la dynamique du groupe ou de certains de leurs pairs.

La communication est facilitée lorsque les membres de l'équipe savent adopter, au moment opportun, les rôles d'émetteur et de récepteur. L'expression des sentiments, des tensions et des malaises nécessite, outre les habiletés exigées par les rôles d'émetteur et de récepteur, des habiletés plus pointues: une compréhension de ce qui se passe dans le groupe, la capacité d'analyser les sentiments qui nous habitent en tant qu'individu et membre d'une équipe et la capacité d'exprimer de façon constructive des remarques, des pistes nouvelles ou des critiques qui s'adressent à des membres de l'équipe.

S'abstenir d'exprimer ses réserves ou son désaccord concernant la tâche à accomplir ou les règles de l'équipe ne contribue pas nécessairement à procurer un climat de travail sain. Une telle situation contribue à réduire l'énergie dont dispose l'équipe et à freiner le travail à accomplir. Chaque membre a donc avantage à communiquer ses réserves, ses désaccords et ses sentiments, au risque de créer un conflit, plutôt que de garder pour lui ou pour elle ses critiques ou ses réticences qui, elles aussi, nuiront au travail à accomplir.

Tout est dans la façon de s'y prendre pour s'exprimer ouvertement; soit pour appuyer une idée, soit pour exprimer un désaccord ou pour proposer une nouvelle piste. Chaque membre a la responsabilité de s'exprimer ouvertement et, en même temps, de contribuer à établir et à conserver un climat de travail sain; utiliser un niveau de communication favorisant la confiance mutuelle entre les membres, adopter une attitude respectueuse envers les autres et les assurer d'une certaine confidentialité de l'information véhiculée au sein de l'équipe. De cette façon, en plus de l'énergie que chacun met à la disposition de l'équipe, cette dernière ira chercher des énergies à travers les interactions saines et constructives qui se produisent entre les membres.

Bref, dans une équipe de travail, la communication entre les membres est essentielle. Elle doit englober autant les informations liées au sujet dont traite le travail que celles liées aux sentiments qui animent les membres de l'équipe qui participent à la tâche.

                
Exprimer ses sentiments et ses désaccords

Il existe deux types de conflits: les conflits de valeurs et les conflits de besoins. La nature d'un conflit détermine la façon dont on doit y faire face.

Les conflits de valeurs :
Les conflits de valeurs peuvent embrouiller la communication entre des membres, créer des malentendus entre des membres, provoquer chez certains autres le sentiment d'être isolé et de ne pas participer à la cible et à la tâche communes. Ils sont des divergences d'opinions amenées par des croyances ou des goûts opposés, des types de personnalité ou des origines sociales différentes, etc.   L'emploi du <<je>>, le respect de l'autre ainsi que l'empathie sont des moyens à la disposition de tous qui aident à dissiper les conflits de valeurs.

Les conflits de besoins :
Ils surgissent plutôt lorsque des membres d'une équipe éprouvent des besoins contradictoires ou inconciliables. La définition des objectifs poursuivis, l'organisation du travail, le partage des responsabilités deviennent souvent des sources de conflit de besoins. La réalisation d'une tâche commune implique pourtant la participation active de tous et la convergence des efforts de chacun-e des membres. Pour cette raison, lorsqu'un conflit de besoins survient, tous les membres de l'équipe doivent participer à la recherche d'une solution satisfaisante; une solution qui favorise la poursuite de la tâche commune vers l'atteinte de la cible commune.  

Bien sûr, dans la réalité, les conflits ne sont pas toujours tous supprimés complètement. Pourtant, ils ne doivent pas non plus être ignorés. Pour cette raison, on dira que l'efficacité d'une équipe de travail dépend, du moins en bonne partie, de la façon dont ses membres communiquent et gèrent leurs conflits.

ÉVALUATION DE LA QUALITÉ ET DU TRAVAIL À  ACCOMPLIR

Les membres devraient procéder à une évaluation du travail accompli. Cette évaluation devrait toucher, entre autres choses, la qualité du travail effectué et le travail même de l'équipe en regard de la tâche commune vers l'atteinte de la cible commune. Les questions suivantes servent à faciliter l'auto-évaluation que doivent faire les membres d'une équipe du travail qu'ils ont jusqu'à maintenant accompli :

La qualité du travail effectué :

- Les étapes du travail actuellement complétées sont-elles cohérentes avec les objectifs du cours et, plus particulièrement, avec les objectifs liés à la réalisation du travail?
- Les différentes parties du travail sont-elles cohérentes (homogènes) les unes par rapport aux autres?
- Tous les membres de l'équipe sont-ils et sont-elles pleinement satisfait-e-s de la qualité des étapes actuellement complétées?

L'avancement du travail

- Le plan de travail initial est-il respecté? Si non, tous les membres de l'équipe étaient-ils et elles en accord avec les modifications qui y ont été apportées?
- L'échéancier est-il respecté? Si non, comment l'équipe arrivera-t-elle à respecter le délai pour la réalisation de ce travail?
- Toutes les étapes que l'on pense actuellement achevées sont-elles effectivement complétées?
- La démarche utilisée ou les étapes actuellement complétées semblent-elles mener le groupe vers l'atteinte de la cible visée?

Conclusion

Pour conclure, disons que le travail en équipe ne doit pas être perçu principalement comme une occasion d'étudier ou de participer à une dynamique de groupe. Dans la formule du travail en équipe, la participation de chaque membre est requise avant tout en regard de la réalisation de la tâche commune et de l'atteinte de la cible commune. La cible et la tâche communes doivent constituer la priorité de chaque individu. Les interactions entre les membres sont des éléments qui favorisent l'atteinte de la cible commune et, dans cet esprit, les divers points de vue amenés par les membres d'une équipe, même s'ils sont parfois les objets de conflits, constituent le potentiel de l'équipe.

Le travail d'équipe ne doit pas être perçu ou vu comme une corvée, mais plutôt comme une occasion d'apprentissage

Edition: