Back to top

Appartenance à la communauté et perception de l'état de santé

Section: 

Premiers résultats de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (janvier à juin 2005)


Source : Statistique Canada

Au cours des 25 dernières années, les recherces ont clairement démontré une association causale entre les relations sociales et la santé (1, 4).  Les personnes qui sont isolées socialement et qui ont peu de liens avec autrui sont plus susceptibles d’avoir un mauvais état de santé physique et mentale et de mourir prématurément.

Plus récemment, la notion de « capital social » a suscité davantage d’attention dans le cadre des recherches sur la santé. Le capital social est généralement défini comme constitué des aspects de l’organisation sociale, comme la participation communautaire et la confiance à l’égard des autres, qui favorisent la coopération entre les membres d’une même communauté (9). Des niveaux élevés de capital social ont été liés à des taux de mortalité et de criminalité plus faibles et à une autoévaluation positive de l’état de santé (8, 9, 10, 11, 12).

On se demande toutefois si le capital social profite à l’ensemble de la communauté ou à ses membres individuellement, c’est à dire qui profite directement du sentiment d’appartenance à la communauté. Selon une étude récente, l’association entre le capital social et l’autoévaluation positive de l’état de santé est plus importante au niveau individuel(12). On émet l’hypothèse que le sentiment d’appartenance à la communauté favorise un bon état de santé, les liens créés suscitant un respect mutuel et augmentant par conséquent l’estime de soi. Il existe une autre possibilité, à savoir que l’interaction entre les membres de la communauté donne lieu à la transmission de normes sociales liées à des comportements favorables à la santé, comme l’activité physique et le fait de ne pas fumer(1, 4).

Depuis son lancement, en 2000 2001, l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) comprend une question sur l’appartenance à la communauté. Il est par conséquent possible de déterminer le degré d’appartenance des Canadiens à leur communauté locale. Dans un document antérieur fondé sur les données de l’ESCC de 2000 2001, on faisait ressortir une association entre le sentiment d’appartenance des personnes et la façon dont elles évaluaient généralement leur état de santé (14). À partir des données des six premiers mois (janvier à juin) de l’ESCC de 2005, le présent article vise à faire le point par rapport à l’article précédent.

On compare les taux d’appartenance à la communauté au niveau provincial et de la région sociosanitaire. Étant donné que l’ESCC de 2005 comprend des questions concernant l’autoévaluation de l’état de santé mentale ainsi que de l’état de santé général, on peut élargir l’analyse précédente en mesurant les associations entre l’appartenance à la communauté et la santé mentale et physique.

La majorité des personnes ont un sentiment d’appartenance à l’égard de leur communauté locale

En 2005, près des deux tiers des Canadiens (64 %) déclaraient un fort sentiment d’appartenance à leur communauté; cela comprend les 17 % de personnes qui ont décrit leur sentiment d’appartenance comme très fort, et les 47 % qui l’ont qualifié de plutôt fort. Un peu plus du quart (26 %) ont déclaré un sentiment d’appartenance plutôt faible et 9 %, un sentiment très faible.

Taux plus élevés dans les provinces de l’Atlantique

La probabilité de déclarer un fort sentiment d’appartenance à la communauté variait considérablement selon la province .  Environ les trois quarts des résidents des provinces de l’Atlantique déclaraient un fort sentiment d’appartenance, les habitants de Terre Neuve affichant le taux le plus élevé au pays, soit 79 %. Des taux relativement élevés ont aussi été enregistrés en Saskatchewan (73 %) et en Colombie Britannique (69 %). Les résidents du Québec étaient les moins susceptibles d’avoir un sentiment d’appartenance, seulement 54 % déclarant un fort sentiment d’appartenance. Une étude précédente a révélé que les Québécois étaient aussi moins susceptibles de déclarer un fort sentiment d’appartenance au Canada, mais que leur sentiment d’appartenance à leur province était similaire à celui des autres Canadiens (16).

Le degré d’appartenance des résidents des régions sociosanitaires de chaque province à leurs communautés respectives variait aussi considérablement. Les régions sociosanitaires constituées de grands centres urbains avaient tendance à afficher les taux les plus faibles d’appartenance à la communauté. Par exemple, en Ontario, les taux les plus faibles étaient déclarés par les résidents des régions sociosanitaires de York et la ville de Toronto; au Manitoba, le taux le plus faible était enregistré à Winnipeg; en Saskatchewan, à Saskatoon; en Alberta, à Calgary et dans la région sociosanitaire de la capitale (Edmonton); et en Colombie Britannique, à Vancouver. À l’opposé, les régions sociosanitaires à prédominance rurale enregistraient des taux plus élevés d’appartenance. Dans le cas des personnes vivant dans des régions sociosanitaires à prédominance urbaine, le taux moyen d’appartenance à la communauté se situait à 63 %. Par contre, la moyenne pour les personnes vivant dans des régions sociosanitaires à prédominance rurale était de 77 %.  Le taux d’appartenance le plus élevé au pays, soit 89 %, a été enregistré dans la région sociosanitaire de Labrador Grenfell, à Terre Neuve et Labrador, et le plus faible, dans la région sociosanitaire de Laval, au Québec (44 %).

Taux en hausse

Entre 2000 2001 et 2005, la proportion de Canadiens déclarant un fort sentiment d’appartenance à leur communauté locale est passée de 58 % à 64 %. Des hausses significatives se sont produites dans toutes les provinces, sauf Terre Neuve et Labrador. L’appartenance à la communauté a augmenté le plus au Nouveau Brunswick, où le taux est passé de 62 % à 73 %.

Lien avec l’âge

Les proportions d’hommes et de femmes déclarant un fort sentiment d’appartenance à leur communauté ne différaient pas. Toutefois, les taux variaient selon le groupe d’âge. Une proportion élevée (77 %) de jeunes âgés de 12 à 17 ans déclaraient un fort sentiment d’appartenance, mais parmi les jeunes adultes âgés de 18 à 29 ans, le taux était beaucoup plus faible, à 55 %. Chez les personnes plus âgées, le taux augmentait de façon constante, allant de 61 % chez les 30 à 44 ans à 72 % chez les personnes âgées (65 ans et plus).

Le sentiment d’appartenance à la communauté était moins répandu chez les personnes divorcées ou séparées (57 %) ou jamais mariées (54 %) comparativement aux personnes mariées ou vivant en union libre (65 %). Les personnes ayant de jeunes enfants étaient légèrement plus susceptibles que celles n’en ayant pas d’avoir un fort sentiment d’appartenance.

De faibles associations ont été observées entre l’appartenance à la communauté et le statut socioéconomique. Les personnes faisant partie d’un ménage à faible revenu étaient moins susceptibles de déclarer un fort sentiment d’appartenance à la communauté, mais on ne notait pas de différence entre les personnes dont le revenu du ménage se situait au niveau moyen-inférieur, moyen, moyen-supérieur ou supérieur. La seule association avec le niveau de scolarité avait trait aux diplômés postsecondaires, qui étaient légèrement moins susceptibles d’avoir un sentiment d’appartenance que les personnes qui avaient fait uniquement des études secondaires.

Appartenance à la communauté et santé

Une proportion relativement élevée de personnes qui avaient un sentiment d’appartenance à l’égard de leur communauté locale avaient une perception positive de leur santé. Près des deux tiers des personnes qui avaient un sentiment d’appartenance à leur communauté très fort ou plutôt fort déclaraient un état de santé général excellent ou très bon.  Par contre, seulement la moitié de celles ayant un très faible sentiment d’appartenance percevaient leur état de santé de façon aussi favorable.

Au niveau provincial, des associations significatives entre l’appartenance à la communauté et la perception de l’état de santé général sont ressorties dans toutes les provinces, sauf l’Île du Prince Édouard et le Québec. Les associations étaient particulièrement fortes en Colombie Britannique et en Ontario. En Colombie Britannique, 64 % des résidents ayant un fort sentiment d’appartenance déclaraient avoir un état de santé général excellent ou très bon, comparativement à 51 % de ceux qui avaient un faible sentiment d’appartenance; en Ontario, les proportions étaient de 64 % comparativement à 55 %. Ces conclusions sont particulièrement pertinentes compte tenu des preuves qui existent que la perception de l’état de santé général est un prédicteur de l’incidence de la maladie chronique, de l’utilisation des services médicaux, de la guérison, de la perte fonctionnelle et de la mortalité (2, 3, 5, 6, 7, 18).

La probabilité de déclarer une excellente ou une très bonne santé mentale diminuait aussi en parallèle avec les baisses du sentiment d’appartenance, allant de 81 % pour les personnes ayant un très fort sentiment d’appartenance à 63 % pour les personnes ayant un très faible sentiment d’appartenance à leur communauté. Au niveau provincial, un fort sentiment d’appartenance à la communauté était lié à une probabilité accrue de déclarer une excellente ou une très bonne santé mentale dans toutes les provinces, sauf l’Île du Prince Édouard.

Même une fois pris en compte d’autres facteurs éventuellement confusionnels, le sentiment d’appartenance à la communauté comportait un lien étroit avec l’autoévaluation de l’état de santé général ou de la santé mentale. Comparativement à celles ayant un faible sentiment d’appartenance à la communauté, les personnes ayant un très fort sentiment d’appartenance montraient des cotes deux fois plus élevées de déclarer un état de santé général excellent ou très bon. De même, celles ayant un très fort sentiment d’appartenance était plus de deux fois plus susceptibles d’avoir une excellente ou une très bonne santé mentale. Lorsqu’on demande aux personnes d’évaluer leur état de santé général, des facteurs psychologiques jouent un rôle dans leur perception (17). Par conséquent, on ne sait pas dans quelle mesure les facteurs de santé physique et mentale contribuent aux associations entre le sentiment d’appartenance à la communauté et la perception de l’état de santé général. Toutefois, lorsque le rapport entre le sentiment d’appartenance à la communauté et l’autoévaluation de l’état de santé général est examiné dans le cadre d’un modèle tenant compte de l’autoévaluation de la santé mentale, en plus d’autres variables confusionnelles possibles, le rapport de cotes pour le sentiment d’appartenance diminue, mais demeure significatif. Cela laisse supposer que le sentiment d’appartenance à la communauté est lié à la fois à la santé physique et mentale des personnes. Toutefois, en raison de la nature transversale de la présente analyse, il n’est pas possible de déterminer si c’est la santé qui influe sur le sentiment d’appartenance à la communauté ou le contraire.

Source des données

Les estimations sont fondées sur les données des six premiers mois de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) de 2005 (cycle 3.1), recueillies entre janvier et juin de cette année là. L’ESCC porte sur les personnes âgées de 12 ans et plus faisant partie de la population à domicile. Elle ne comprend pas les habitants des réserves indiennes, des bases des Forces canadiennes et de certaines régions éloignées. Même si les résidents des trois territoires font partie de l’échantillon de l’ESCC, ils ne sont pas inclus dans ces premiers résultats. Le taux global de réponse pour ces premiers résultats de l’ESCC de 2005 était de 76 %; la taille totale de l’échantillon était de 67 741. Environ 3 % des personnes de cet échantillon ont été exclues de la présente analyse parce qu’elles n’avaient pas répondu à la question sur l’appartenance à la communauté. Toutes les estimations sont pondérées de façon à être représentatives de la population à domicile âgée de 12 ans et plus en 2005. Les différences entre les estimations ont été vérifiées, afin d’en assurer la signification statistique, qui a été établie au niveau de 0,05. Pour tenir compte des effets du plan de sondage, les erreurs types et les coefficients de variation ont été estimés selon la méthode du bootstrap (13, 15, 19).

Les questions

Pour mesurer le sentiment d’appartenance à la communauté, on a posé la question suivante aux répondants de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes : « Comment décririez vous votre sentiment d’appartenance à votre communauté locale? Diriez vous qu’il est : très fort? plutôt fort? plutôt faible? très faible? »

Pour obtenir l’autoévaluation de l’état de santé, on a posé la question suivante : « En général, diriez vous que votre santé est : excellente? très bonne? bonne? passable? mauvaise? »

Pour obtenir l’autoévaluation de la santé mentale, on a posé la question suivante : « En général, diriez vous que votre santé mentale est : excellente? très bonne? bonne? passable? mauvaise? »

Le revenu du ménage était fondé sur le nombre de personnes dans le ménage et le revenu total du ménage de toutes les sources au cours des 12 mois précédant l’entrevue.

Dans le ménage



Groupe de revenu du ménage


Nombre de personnes dans le ménage


Revenu total du ménage

Inférieur

1 à 4

Moins de 10 000 $

5 et plus

Moins de 15 000 $

Moyen-inférieur

1 ou 2

10 000 $ à 14 999 $

3 ou 4

10 000 $ à 19 999 $

5 ou plus

15 000 $ à 29 999 $

Moyen

1 ou 2

15 000 $ à 29 999 $

3 ou 4

20 000 $ à 39 999 $

5 ou plus

30 000 $ à 59 999 $

Moyen-supérieur

1 ou 2

30 000 $ à 59 999 $

3 ou 4

40 000 $ à 79 999 $

5 ou plus

60 000 $ à 79 999 $

Supérieur

1 ou 2

60 000 $ ou plus

3 ou plus

80 000 $ ou plus

Une variable urbaine/rurale a été attribuée à chaque enregistrement selon la composition urbaine en pourcentage de la région sociosanitaire où vivait la personne interrogée. Les régions urbaines ont été définies comme les régions métropolitaines de recensement (RMR), les agglomérations de recensement (AR) ou les collectivités non incluses dans les RMR/AR dont au moins 30 % de la population active occupée se rend dans une RMR/AR pour travailler. La composition urbaine en pourcentage a été calculée pour chaque région en divisant la population vivant dans ces régions urbaines par la population totale de la région sociosanitaire.

Références

1-Berkman LF, Glass T, Brissette I, et coll., « From social integration to health: Durkheim in the new millennium », Social Science and Medicine, 51(6), 2000, p. 843-857.

2-Evashwick C, Rowe G, Diehr P, et coll., « Factors explaining the use of health care services by the elderly », Health Services Research, 19(3), 1984, p. 357-382.

3-Ferraro KF, Farmer MM, Wybraniec JA., « Health trajectories: long-term dynamics among black and white adults », Journal of Health and Social Behavior, 38(1), 1997, p. 38-54.

4-House JS, Landis KR, Umberson D., « Social relationships and health », Science, 241(4865), 1988, p. 540-545.

5-Idler EL, Benyamini Y., « Self-rated health and mortality: a review of twenty-seven community studies », Journal of Health and Social Behavior, 38(1), 1997, p. 21-37.

6-Idler EL, Russell LB, Davis D., « Survival, functional limitations, and self-rated health in the NHANES I Epidemiologic Follow-up Study, 1992. First National Health and Nutrition Examination Survey », American Journal of Epidemiology, 152(9), 2000, p. 874-883.

7-Kaplan GA, Goldberg DE, Everson SA, et coll., « Perceived health status and morbidity and mortality: evidence from the Kuopio ischaemic heart disease risk factor study », International Journal of Epidemiology, 25(2), 1996, p. 259-265.

8-Kawachi I, Colditz GA, Ascherio A, et coll., « A prospective study of social networks in relation to total mortality and cardiovascular disease in men in the USA », Journal of Epidemiology and Community Health, 50(3), 1996, p. 245-251.

9-Kawachi I, Kennedy BP, Glass R., « Social capital and self-rated health: a contextual analysis », American Journal of Public Health, 89(8), 1999, p. 1187-1193.

10-Kawachi I, Kennedy BP, Lochner K, et coll., « Social capital, income inequality, and mortality », American Journal of Public Health, 87(9), 1997, p. 1491-1498.

11-Kennedy BP, Kawachi I, Prothrow-Stith D, et coll., « Social capital, income inequality, and firearm violent crime », Social Science and Medicine, 47(1), 1998, p. 7-17.

12-Poortinga W., « Social capital: An individual or collective resource for health? », Social Science and Medicine, 2005.

13-Rao JNK, Wu CFJ, Yue K., « Quelques travaux récents sur les méthodes de rééchantillonnage applicables aux enquêtes complexes », Techniques d’enquête, no 12-001-XIF au catalogue de Statistique Canada, volume 18, no 2, 1992, p. 209-217.

14-Ross N., « Appartenance à la collectivité et santé », Rapports sur la santé, no 82-003-XIF au catalogue de Statistique Canada, volume 13, no 3, 2002, p. 33-39.

15-Rust KF, Rao JNK, « Variance estimation for complex surveys using replication techniques », Statistical Methods in Medical Research, 5, 1996, p. 281-310.

16-Schellenberg G., « Enquête sociale générale de 2003 sur l’engagement social, cycle 17 : un aperçu des résultats, no 89-598-XIF au catalogue de Statistique Canada, Ottawa, ministère de l’Industrie, 2004.

17-Shields M, Shooshtari S., « Déterminants de l’auto-évaluation de la santé », Rapports sur la santé, no 82-003-XIF au catalogue de Statistique Canada, volume 13, no 1, 2001, p. 35-52.

18-Wilcox VL, Kasl SV, Idler EL., « Self-rated health and physical disability in elderly survivors of a major medical event », Journal of Gerontology: Social Sciences, 51(2), 1996, p. S96-104.

19-Yeo D, Mantel H, Liu TP., « Bootstrap variance estimation for the National Population Health Survey », Proceedings of the Annual Meeting of the American Statistical Association, Survey Research Methods Section, August 1999, Baltimore, American Statistical Association, 1999.

http://www.statcan.ca/francais/research/82-621-XIF/82-621-XIF2005001.htm

Edition: