Back to top

Des groupes de santé réclament une action d'Ottawa contre les gras trans

Toronto, 5 avril 2007 — L'inhabilité du gouvernement fédéral à réglementer les gras trans nuit à la santé des Canadiens qui consomment à leur insu ces substances toxiques dans leur diète quotidienne, ont estimé jeudi des groupes de promotion de la santé.
Jusqu'à maintenant, Ottawa a ignoré le rapport du Groupe d'étude sur les graisses trans remis l'an dernier au ministre de la Santé, lequel avançait des recommandations pour réduire la présence de gras trans dans la chaîne alimentaire canadienne, a dénoncé la chef de la direction de la Fondation des maladies du coeur, Sally Brown.  Selon Mme Brown, le Canadien moyen absorbe 8,4 grammes de gras trans chaque jour - un des taux de consommation les plus élevés au monde. Une récente étude de la Fondation des maladies du coeur a révélé que malgré les efforts de l'industrie alimentaire pour réduire les gras trans, ils sont toujours présents en grande quantité dans certains aliments, y compris ceux consommés par les enfants. Le Groupe d'étude sur les graisses trans, coprésidé par la Fondation, avait recommandé l'an dernier d'imposer des limites sur la présence de gras trans dans les aliments fabriqués. Il recommandait notamment que la quantité de gras trans de toute nourriture achetée dans un restaurant ou une épicerie soit limitée à cinq pour cent du total de son contenu en graisses. Des études ont démontré que la consommation de gras trans diminue le niveau de soi-disant bon cholestérol et augmente celui du mauvais cholestérol dans le sang, tous deux associés à une augmentation du risque de maladies du coeur.
(PC)

Edition: