Back to top

Centres de ressources en promotion de la santé

La trousse « Environnement sain, communauté en santé » (CCSO)

La trousse « Environnement sain, communauté en santé » (gratuit)
Cette trousse fournit des renseignements au sujet de l’impact de notre environnement sur notre santé ainsi que des façons d’améliorer notre environnement, en tant qu’individus et membres de la communauté. La trousse met en vedette plusieurs communautés ontariennes qui prennent des mesures et qui font une différence.
On peut télécharger bon nombre de nos ressources gratuitement sur notre site Web. Pour plus de renseignemen

Questions que posent les jeunes au sujet de tabac, d’alcool, de marijuana et d’autres drogues (Parents Action on Drugs)

Questions que posent les jeunes
Au sujet de tabac, d’alcool, de marijuana et d’autres drogues

Q Qu'est-ce que cela peut faire que je commence à boire maintenant ou que j'attende d'avoir
19 ans : ça représente seulement 3 ans?
R Ces trois années sont très importantes : moins on commence jeune à boire de l'alcool, moins on risque d'avoir
des problèmes d'alcoolisme plus tard. Ces années d'adolescence peuvent sembler difficiles et bouleversantes,
et il peut sembler aux jeunes que le fait de prendre un ou deux verres pourrait les aider à se détendre avec
leurs amis et à s'amuser davantage (c'est certainement ce qu'on pourrait croire en regardant la télé). Mais
c'est une période pendant laquelle il est important que tu développes ton propre style et ta confiance en toimême,
sans avoir à recourir à l'aide de l'alcool.
Q Pourquoi toutes ces histoires, maman? Je bois seulement de la bière.
R C'est une erreur fréquente. Bien des gens pensent que la bière est moins dangereuse que d'autres sortes
d'alcool. Pourtant, une bière contient la même quantité d'alcool qu'un verre de vin ou de boisson alcoolique.
Je m'inquiète à ton sujet et j'aimerais discuter avec toi des raisons pour lesquelles tu bois de l'alcool, même si
c'est « seulement » de la bière.
Q Je n'en bois pas tous les jours, alors, où est le problème?
R Il y a bien des gens qui pensent qu'ils n'auront pas de problème de consommation d'alcool parce qu'ils n'en
prennent que la fin de semaine. Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas. De plus, de nombreux jeunes
qui ne consomment de l'alcool que durant la fin de semaine ont tendance à en boire une quantité excessive à
ce moment. Je n'ai qu'à regarder les nouvelles ou à lire le journal pour voir le nombre d'automobilistes et de
passagers qui sont tués ou gravement blessés par des conducteurs la fin de semaine. Je ne veux pas que ça
t'arrive. Tu es très important pour moi et je voudrais que tu profites de cette période de ta vie sans boire.
Q Est-ce que tu ne préfères pas que je boive au lieu de prendre de la drogue?
R J'aimerais mieux que tu ne prennes aucune drogue, y compris l'alcool. L'alcool est une drogue et peut
entraîner de graves problèmes, surtout chez les personnes qui commencent jeunes à en prendre. Si tu choisis
de consommer de l'alcool quand tu auras l'âge où cela sera permis par la loi, j'espère que tu le feras de
façon responsable.
Q Je ne prends pas de drogue, je fume simplement des cigarettes.
R Je m'inquiète au sujet de l'usage du tabac aussi bien que des autres drogues. Les cigarettes contiennent une
drogue, la nicotine, et d'autres poisons mortels. Le tabac est la première cause de décès évitables en
Amérique du Nord. Je me préoccupe de ta santé actuelle et future.
Q Tu fumes, alors pourquoi ne veux-tu pas que je le fasse aussi?
R Je ne veux pas fumer, mais j'ai fait l'erreur d'essayer les cigarettes quand j'étais jeune. Je me rends compte
maintenant que le tabac est l'une des drogues les plus susceptibles d'entraîner une dépendance. La façon
la plus facile de renoncer au tabac, c'est de ne pas commencer à fumer.
Q Tu bois de l'alcool, alors pourquoi ne veux-tu pas que je fume de la marijuana?
R En tant qu'adulte, j'ai pris la décision de consommer de l'alcool de façon responsable. Je sais qu'en fin de
compte, tu vas prendre ta propre décision en ce qui concerne la marijuana. Mais nous n'approuvons pas que
tu utilises la marijuana pour plusieurs raisons. Premièrement, la marijuana peut nuire à la santé. Elle influe sur
la mémoire à court terme, le jugement, la coordination et les aptitudes à conduire. De plus, la fumée d'unjoint contient beaucoup plus de goudron qu'une cigarette ordinaire; par conséquent, quand une personne
fume régulièrement de la marijuana, les risques de maladie pulmonaire augmentent. Comme dans le cas de
toute drogue de la rue, personne ne peut savoir exactement ce qu'il y a dans un joint ou à quel point la
drogue est concentrée.
Deuxièmement, la marijuana est illégale. Si tu te fais prendre, des accusations pourraient être portées même
si tu n'avais qu'un seul joint en ta possession. Si on te trouvait coupable, tu aurais un dossier criminel. Pense
aux répercussions que cela aurait sur ta vie, maintenant et plus tard, et aux conséquences si tu voulais
travailler ou voyager à l'extérieur du Canada.
Q Tout le monde fume de la marijuana. Je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas le faire aussi.
R En fait, ce n'est pas vrai que tout le monde fume de la marijuana. La plupart des jeunes et des adultes ne
consomment pas de marijuana ni d'autres drogues illicites. Quand on devient adulte, il faut apprendre à
prendre ses propres décisions, au lieu de simplement imiter ses amis. Le fait d'être différent et de ne pas
suivre le groupe peut indiquer qu'une personne est indépendante et qu'elle est plus adulte que les autres. Tes
amis vont te respecter et respecter ta décision de ne pas consommer de drogue, comme ils le devraient.
Q La marijuana est une substance naturelle qui sert à fabriquer du papier et des vêtements et qui
a des applications importantes en médecine, donc elle ne peut pas être aussi nuisible que ça.
R La marijuana que les gens utilisent aujourd'hui à cause de ses effets intoxicants est très différente du chanvre
qui est utilisé pour fabriquer des fibres et d'autres produits.
Un grand nombre de drogues proviennent initialement de plantes qui poussent dans la nature. Mais nous
savons que les plantes sauvages peuvent être dangereuses; il y en a qui sont tellement vénéneuses qu'elles
peuvent causer la mort. La plupart des drogues d'origine végétale sont modifiées d'une certaine façon par
un processus chimique (comme la cocaïne et l'héroïne), ou sont cultivées avec soin à l'aide de techniques
spéciales (comme la marijuana et le tabac), de manière à obtenir exactement ce que veulent les producteurs.
On s'en remet très peu au hasard!
De nombreuses drogues, qu'elles soient d'origine végétale ou produites en laboratoire, peuvent avoir des
effets bénéfiques dans les circonstances appropriées. La morphine qui, comme l'héroïne, provient du pavot
asiatique, en est un bon exemple.
Comme la marijuana est une substance très complexe (comprenant plus de 350 produits chimiques), il serait
étonnant qu'aucun de ses éléments n'ait d'applications médicales un jour. Mais avant qu'une drogue soit jugée
acceptable à des fins médicales, elle est soumise à des tests rigoureux.
Les épreuves scientifiques n'ont pas encore démontré que la marijuana soit aussi efficace que d'autres
drogues dans le traitement de l'épilepsie, du glaucome ou des convulsions. La plupart des médecins ne
recommandent pas la marijuana pour traiter les nausées dont souffrent les personnes atteintes du SIDA qui
sont gravement malades ou les patients qui subissent des traitements anticancéreux. Mais certains de ces
patients ont constaté que la marijuana les aide et un comprimé (« dronabinol » : le THC produit en
laboratoire) a fait l'objet de tests cliniques. Les scientifiques continuent d'essayer d'isoler des produits
chimiques de la marijuana pour déterminer si certains présentent des avantages au point de vue médical, et
d'autres recherches doivent être effectuées.
Mais fumer la marijuana présente tellement de risques sur les plans personnel et de la santé que même si on
découvrait des applications médicales un jour, je ne crois pas que ce soit une drogue qui puisse être utilisée à la légère.

Comment établir des objectifs en activité physique (PARC)

Thématique de PARC
février 2006
Sujet: comment établir des objectifs en activité physique
Objectifs SMART
La définition d’objectifs est un outil très populaire dans
tout processus visant à un changement de comportement.
Le même outil s’applique lorsque l’on parle d’une augmentation
de la pratique de l’activité physique comme objectif à atteindre.
En tant que professionnel en santé, nous pouvons offrir cette information à nos clients
inactifs afin de les aider à établir un plan d’action pour les amener à être plus actifs.
Le tableau pour la formulation d’objectifs peut aussi vous aider à les établir.
Nous entendons parfois l’acronyme “SMART” dans la formulation d’objectifs.
Voici la description de cet acronyme pouvant nous aider
dans la création d’un plan d’activité physique.
S = Spécifique
M = Mesurable
A = Atteignable
R = Réaliste
T = Temps précis
Spécifique
L’objectif décrit précisément ce qui doit avoir changé chez qui, et en quoi cela doit avoir changé.
Le fait d’être spécifique nous aide à concentrer nos efforts et
décrire clairement ce que nous allons faire.
Pour être spécifique nous devons répondre aux questions
du modèle SMART : Pourquoi? Quoi? Comment?
QUOI? Qu’allez-vous faire? Utiliser des mots d’actions comme
organiser, coordonner, diriger, développer, planifier, construire, etc.
POURQUOI? Est-ce important de la faire en ce moment?
Que voulez-vous accomplir?
COMMENT? De quelle façon allez-vous le faire? (Par...)
Assurez-vous que les objectifs que vous allez déterminer
Seront vraiment spécifiques, clairs et faciles.
Au lieu de formuler un objectif comme celui de perdre du poids ou d’être plus en santé,
Établir plutôt un objectif spécifique comme par exemple
marcher 5 km à un rythme aérobic offrant du défi.
Mesurable
Il sera possible de juger objectivement l'atteinte de l’objectif.
Pour cela, il faut généralement fixer des indicateurs.
Si vous ne pouvez pas le mesurer, vous ne pouvez pas le gérer.
Bref, le projet sera mesuré en fonction de l’objectif établit.
Si l’objectif est atteint, c’est un succès.
Cependant, il y a plusieurs petites mesures ou indicateurs à court terme
qui peuvent être établis. Choisissez un objectif avec des indicateurs
que l’on peut mesurer. Ainsi vous pourrez mesurer le changement.
Comment allez-vous savoir que vous avez réussi votre objectif? Soyez spécifique!
"Je veux marcher dans mon voisinage 4 fois par semaine avant la fête de la Reine".
Formuler des buts spécifiques qui peuvent être mesurés.
"Je veux commencer à marcher” n’est pas une mesure.
Établir des critères concrets pour mesurer votre progrès vers l’atteinte de votre objectif
établi. Lorsque vous mesurez vos progrès, vous demeurez dans la bonne voie. Vous pourrez
ainsi sentir l’excitation de savoir que vous êtes vers le chemin de la réussite et cela vous
motivera à continuer vos efforts dans l’atteinte de vos objectifs.
Atteignable
Lorsque vous identifiez les objectifs qui sont les plus importants pour vous,
vous commencez à penser à des façons de les réaliser. Vous développez les
habiletés, les attitudes et la capacité financière de pouvoir les atteindre.
Vous commencez à visualiser des opportunités dans le passé que vous n’aviez
pas considérés et qui aurait pu vous rapprocher vers la réussite de vos objectifs.
Des objectifs qui sont hors de votre porté, seront probablement abandonnés.
Même si vous commencez avec les plus purs intentions, votre subconscient vous rappellera
constamment ce fait et vous empêchera que vous donniez votre 100%.
Un objectif doit vous demander des efforts. Mais vous devez avoir
Confiance que vous pouvez fournir cet effort et vous devez vous y engager.
Par exemple, si vous voulez perdre 20lb en 1 semaine, nous savons tous que ce n’est pas
réalisable. Mais un objectif de perdre 1 lb par semaine peut l’être. Lorsque vous atteignez ce but,
vous vous concentrez sur la perte d’une autre livre et vous savez que ce sera possible.
Le sentiment de ce petit succès, vous aidera à demeurer motivé.
Réaliste
Ce n’est pas un synonyme de "facile." Dans ce contexte, cela veut dire "réalisable."
Cela veut dire aussi que la courbe d’apprentissage n’est pas verticale, que les habiletés pour
atteindre nos objectifs sont disponibles, que nos objectifs sont congruents avec notre plan
personnel de réussite. Un objectif réaliste peut améliorer les habiletés et les connaissances de
ceux avec qui l’on travaille mais cela ne devrait pas les démolir.
Faites un plan ou planifiez une façon d’atteindre votre objectif. L’objectif doit être réaliste pour
vous au moment de l’accomplir. Par exemple, se dire que l’on ne mangera plus jamais de sucre
et de chocolat peut être irréaliste pour quelqu’un qui aime vraiment ces aliments.
Il serait préférable d’avoir un objectif comme celui de manger un fruit tous les jours au lieu d’un
dessert sucré. Vous pouvez alors diminuer graduellement le montant d’aliments sucrés que vous
mangez si cet objectif est plus réaliste pour vous. Un objectif de projet doit être réaliste dans le
sens qu'il doit être atteignable avec les moyens disponibles. On ne peut juger de cela qu'en
connaissant le contexte, la durée et les ressources disponibles. Assurez-vous d’avoir des
objectifs que vous pouvez atteindre en fournissant un effort! Si l’effort à fournir est trop exigeant,
alors vous risquez d’échouer, et si l’effort demandé n’est pas assez grand, alors vous vous dites
que vous n’êtes pas bon et pas capable.
Placer la barre assez haute, pour une réussite satisfaisante!
Temps précis
Donnez-vous un temps précis pour atteindre vos objectifs:
pour la semaine prochaine, dans 3 mois, pour votre fête, etc.
Avoir une date précise vous donne une cible juste vers laquelle vous travaillez.
Si vous ne planifiez pas de temps précis, l’engagement est trop vague. Cela tends plutôt vers
l’échec parce que vous vous dites que vous pouvez commencer n’importe quand. Sans limite de
temps, il n’y a pas d’urgence à prendre une action immédiatement.
Le temps doit être mesurable, atteignable et réaliste.
Tout le monde profitera des buts et des objectifs s’ils sont planifiés en fonction de SMART.
SMART, est un instrument qui permet d’appliquer des buts et des objectifs avec succès.
Exemples pour la formulation d’objectifs en activité physique:
NOVICE
Spécifique Je veux marcher 20 minutes dans mon voisinage 3 fois par semaine
avec un pouls de 120 battements par minutes.
Mesurable • Prenez votre pouls avant et après la marche.
• Prenez votre pouls à un moment donné durant la marche de 20
minutes et où le pouls devrait être à 120 batt./min.
• Pour rendre cela plus intéressant, procurez-vous un podomètre
et enregistrez le nombre de pas fourni à chaque fois que vous
allez marcher.
Orienté vers
l’action
• Je vais demander à un(e) ami(e) de me soutenir vers mon but.
• Je vais planifier ma marche afin de ne pas me dire que je n’ai
pas le temps.
Pour ajuster vos objectifs vous pouvez :
• Augmenter ou diminuer le nombre de minutes accordées à
votre marche.
• Augmenter ou diminuer le nombre de jours par semaine où
vous allez marcher.
• Augmenter ou diminuer votre pulsation cardiaque lors de votre
marche.
• Au lieu d’utiliser le temps comme mesure, vous pouvez aussi
utiliser la distance. Par exemple je vais marcher 2 km à un
pouls de 110 batt./min.
Réaliste Vous pouvez avoir choisi comme objectif de marcher 60 minutes avec
une intensité modérée et/ou vigoureuse de 120 batt./min. parce que
normalement vous faites déjà des marches de 20 minutes à une
intensité légère et/ou modérée.
En fonction
du temps
• Dans les 3 premières semaines de mon objectif ultime, je veux
être capable d’amener mon pouls à 100 battements par
minutes.
• La 7e semaine de mon entraînement, je veux être capable de
maintenir mon pouls à 110 battements par minute pour la
majorité de la marche.
• D’ici la 15e semaine de mon plan, je veux être capable de
marcher dans mon voisinage à un rythme de 120 batt./min.
pour la majorité de la marche.
AVANCÉ
Spécifique Je veux être capable de marcher 5 Km en 60 minutes.
Mesurable À la suite de chacune des courses, enregistrer dans un journal
d’entraînement le temps que cela vous a pris. Ainsi vous pourrez voir
vos progrès.
Orienté vers
l’action
• Afin de pouvoir compléter une marche de 5 Km en 60 minutes,
je devrai ajouter des exercices de musculation afin de
m’assurer une performance maximale.
• Je vais planifier dans mon horaire au moins du temps pour
marcher au moins une fois par semaine.
Si pour quelques raisons que ce soit, mon objectif n’est pas
atteignable ou trop facile, je vais :
a) marcher 5 km en 1 heure ou b) marche 5km en 1h15 minutes.
Réaliste Mon objectif est de marcher 5 km en 60 minutes parce que je suis
capable de marcher aisément 5 km en 1h 15 minutes.
En fonction
du temps
• Dans les 3 premiers mois de mon entraînement, je veux être
capable de marcher 5 Km en 1 heure et demi.
• Au 9e mois de mon entraînement, je veux être capable de
marcher 5 km en 60 minutes.
Références
1. Duda, J. L. (1989). Goal perspectives, participation, and
persistence in sports. International Journal of Sports Psychology,
20(1), 42-56.
2. Stratten, M. (2005). Placement Learning Plan Instructions and
Template. 3-4.
3. Cox, R. H. (2002). Sport Psychology: Concepts and Applications
(5th edition). (Ch.6). New York: McGraw-Hill.
Mon plan personnel pour formuler mon objectif
Pour que mon objectif soit efficace, il doit être SMART. Spécifique, Mesurable,
Atteignable, Réaliste et dans un temps précis. Affichez vos objectifs dans un
endroit où vous allez les voir souvent. Ayez du plaisir!
Mon objectif à court terme ou pour le premier mois sera de:
(i.e. Je vais marcher 3 fois par semaine pendant 15 minutes à la fois)
________________________________________________________________
________________________________________________________________
Mon objectif intermédiaire pour les 6 prochains mois sera de:
(i.e. marcher 4 à 5 fois par semaine pour des périodes de 15 minutes à la fois)
________________________________________________________________
________________________________________________________________
Mon objectif à long terme après un an sera de:
(i.e. participer à une marche de 5 km)
________________________________________________________________
________________________________________________________________
Je ____________ (nom), vais faire de mon mieux pour atteindre ces objectifs.
Je vais me récompenser à chaque fois que j’atteindrai mes objectifs en:
_______________________________________________________________
Date: _________________________
Signé: ________________________

Prévenir et faire face à la consommation d’alcool pendant la grossesse - Formation en ligne gratuite (Meilleur Départ)

l’Agence de la santé publique du Canada avec le Centre de ressources Meilleur départ
SAF: Module 1: Prévenir et faire face à la consommation d’alcool pendant la grossesse
Formation en ligne gratuite et accréditée sur la consommation d’alcool pendant la grossesse à l’attention des fournisseurs de soins de santé 

Alcool & grossesse Occasion importante d'apprentissage
MDcme.ca, conjointement avec l'Agence de la santé publique du Canada et ses organismes partenaires, est heureux
d’annoncer la disponibilité d’un cours en ligne, gratuit et accrédité, pour les médecins et les professionnels de la santé. Cette
formation est destinée à former ceux-ci en « prévention primaire”, afin qu’ils puissent identifier les femmes qui prennent de
l’alcool et fournir les soins appropriés avant et pendant la grossesse. Le cours, intitulé « L’Ensemble des troubles causés par
l’alcoolisation foetale (ETCAF), Module 1 : Prévention et action pour une grossesse sans alcool », est disponible via le portail web
de MDcme.ca, et est accrédité par le Collège des médecins de famille du Canada, pour 3 crédits Mainpro M1 et 3 crédits
Catégorie 1 (Québec).
La prévention de l’exposition prénatale à l’alcool est une préoccupation des plus urgentes. Les médecins qui travaillent avec
les femmes avant et pendant la grossesse, ont un rôle important à jouer en s’informant au sujet de la consommation d’alcool,
en fournissant les conseils appropriés, et en aidant les femmes à modifier leur comportement de consommation.
Le programme de formation « L’Ensemble des troubles causés par l’alcoolisation foetale (ETCAF), Module 1 : Prévention et
action pour une grossesse sans alcool », fournit des informations importantes sur les pratiques cliniques reliées à l’évaluation
et à l’influence de la consommation d’alcool avant et pendant la grossesse.

Communautés et administration municipale : travailler ensemble (CCSO)

1) Communautés et administration municipale : travailler ensemble  (2003 (2nd ed.) • 43 pages • $10.00)
Ce guide est conçu pour aider les gouvernements locaux et les groupes de communautés en santé à travailler plus efficacement ensemble. Dans un langage clair et simple, il explique le rôle clé des gouvernements locaux au chapitre de l’approche des communautés en santé et décrit des façons de promouvoir la participation de la communauté aux affaires municipales.

Jadie McDonnell, Communications Coordinator Ontario Healthy Communities Coalition mailto:jadiem@healthycommunities.on.ca

Ressources en français produites par les programmes Coeur en santé de l’Ontario

Ressources en français produites par les programmes Coeur en santé de l’Ontario

Cliquez ici pour avoir une liste de ces ressources
http://www.hhrc.net/pubs/skills/frohhp_may07.pdf

 

Info à propos du  Centre de ressources - Coeur en santé
http://www.hhrc.net
Téléphone: 416-367-3313 / 1-800-267-6817 
Le Centre de ressources - Coeur en santé offre du soutien aux 36 partenariats communautaires du « Ontario Heart Health Program - Taking Action for Healthy Living in Ontario », qui planifie, met en oeuvre et(ou) évalue de vastes stratégies communautaires de santé du coeur. Le Centre de ressources - Coeur en santé favorise le réseautage et la communication entre pairs au moyen du « Ontario Heart Health Network », de son bulletin et de ses listes de discussions électroniques.

Questions que posent les parents au sujet de tabac, d’alcool, de marijuana et d’autres drogues (Parents action on drugs)

Questions que posent les parents
Au sujet de tabac, d’alcool, de marijuana et d’autres drogues

Il y a tellement d'adolescents qui ont commencé à boire à l'occasion de partys vers le milieu de leurs
études secondaires. Comment pourrais-je éviter que mon enfant fasse de même?

Quel danger l'alcool présente-t-il durant l'adolescence, pourvu que mon enfant ne conduise pas en état
d'ivresse?

N'est-il pas mieux que mon enfant consomme de l'alcool à la maison, pour qu'il n'ait pas l'impression
de boire pour braver les règles?

Un programme de cessation de fumer pour la communauté GLBT - Guide de l’animateur (PTCC)

Un programme de cessation de fumer pour la communauté GLBT
Guide de l’animateur

Pourquoi un programme de cessation de fumer pour les GLBT?
Malgré l’absence de statistiques canadiennes, des données empiriques et plusieurs
rapports concernant les problèmes de santé locaux suggèrent que le tabagisme
au sein de la population canadienne de gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres
(GLBT) est bien au-dessus de la norme grand public et pourrait correspondre aux
valeurs estimées américaines. Une analyse bibliographique effectuée par l’Unité
de recherche sur le tabac de l’Ontario (URTO) démontre que de 11 % à 50 % des
adultes lesbiennes, gais et bisexuels font usage du tabac (URTO, 2001).1
Puisque le tabagisme au sein de la communauté GLBT est normalement plus élevé
qu’au sein du grand public et qu’on risque de retrouver une certaine homophobie et
une discrimination envers cette communauté lors de l’accès aux services de santé
et aux services sociaux, les besoins et les questions auxquels la communauté fait
face sont importants. Il est donc essentiel de mettre en oeuvre un programme qui
répond à leurs besoins et problèmes.
Lorsque les membres de la communauté GLBT prennent la décision de cesser de
fumer, il est important de leur offrir un milieu de cessation qui les accueille, les
accepte, les met à l’aise et au sein duquel ils peuvent discuter des questions qui les
touchent personnellement, et ce, en toute confiance.

Sudbury (Ontario) 28 avril 2008 - Journée de formation francophone du réseau CORPS

À propos du Réseau CORPS

Le Réseau CORPS agit comme réseau coordonné, facilement accessible afin d’appuyer efficacement les intervenants en promotion de la santé.   Chaque membre du Réseau offre de la formation, des services de consultations, des ressources et possibilités de réseautage.  Chaque membre (21 centres) est spécialisé dans des secteurs d’expertises différents.
Vos consultants experts

Louise Choquette, Centre de ressources Meilleur départ
Hélène Roussel, Nexus Santé
Sylvie Boulet, Nexus Santé

Changement de comportements : un cadre d’application (ressource THCU)

Changement de comportements : un cadre d’application
De nombreuses théories en sciences sociales tentent d’expliquer le changement de
comportements. Beaucoup de documentation existe pour aider à comprendre les multiples détails de ces modèles. Toutefois, selon notre expérience, les praticiens sont souvent plus intéressés par des moyens rapides et faciles de mettre en application la théorie. La liste de huit conditions ci-dessous, élaborées et appuyée par d’éminents spécialistes en sciences sociales à une conférence consensuelle, est un excellent exemple de cadre convivial de changement de comportements.1 Ce cadre représente presque toutes les principales théories de changement de comportements (étapes de changement/modèle transthéorique, modèle de croyance à la santé, théorie de l’apprentissage social, théorie du comportement axé sur un
objectif, etc.). (PDF, 68kb)

Pages

Subscribe to RSS - Centres de ressources en promotion de la santé