Back to top

Saviez-vous que...

Toutes nouvelles inusités ou reliées aux nouveautés dans le domaine de la santé (200-300 mots)

L’AFO juge insuffisante l’enveloppe budgétaire pour les langues officielles en milieu minoritaire dans le budget Harper

Ottawa, le 19 mars 2007 – L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario juge insuffisante l’enveloppe budgétaire pour les langues officielles en milieu minoritaire dans le dernier budget du gouvernement fédéral. « Ce n’est pas en accordant un 15 millions de dollars de plus par année à l’échelle du Canada que les francophones pourront s’épanouir dans leur culture et dans leur langue, de dire Mariette Carrier-Fraser, présidente de l’AFO. « Le budget ne reflète pas suffisamment un engagement de la part du gouvernement fédéral envers les minorités de langues officielles », ajoute-t-elle.

Une grande contribution au développement économique

Sudbury, le 21 mars 2007 -  Le Réseau de développement économique et d’employabilité de l’Ontario (RDÉE Ontario) a annoncé le début du projet Agents – projets spéciaux, rendu possible grâce à une contribution d’au-delà de 250 000$ du ministère de la Formation et des Collèges et Universités.

Ce projet consiste à l’embauche de neuf agents de projets et d’une coordonnatrice pour une période d’un an. Le RDÉE Ontario prête les services de ses employés à des organismes francophones dans des communautés ciblées afin de favoriser le lancement et l’avancement de projets pour contribuer à leur essor socioéconomique.

Le choix des communautés est survenu suite à une consultation auprès des 73 membres de la table de concertation du RDÉE Ontario dans le nord de la province. Les communautés choisies sont Thunder Bay, Manitouwadge, Greenstone, Elliot Lake, Rivière-des-Français, North Bay, Cochrane, Kirkland Lake et Mattawa.

Il a fallu aussi établir des partenariats dans les communautés ciblées. Les partenaires jouent un rôle principal en appuyant le recrutement des agents, en fournissant l’espace de bureau, en appuyant l’élaboration du plan d’action local et en servant de personne-ressource. La Société d'aide au développement de la collectivité de Greenstone, la Municipalité d’Elliot Lake, la Corporation de développement économique de Mattawa figurent parmi les neuf partenaires.

Les objectifs du projet sont multiples : faciliter l’atteinte des résultats des organismes, favoriser un certain élan dans le développement d’initiatives, appuyer la mobilisation de différents groupes et individus pour augmenter l’implication et la participation de la communauté dans les initiatives communautaires, et renforcer les capacités des organismes de planifier et gérer des initiatives à succès.

Selon Guy Robichaud, directeur régional, le RDÉE Ontario se voyait obliger de refuser d’appuyer certaines initiatives qui cadrent dans notre mandat. « Si on acceptait de tout appuyer, on se verrait obligé de diluer notre appui aux projets en cours, risquant un faible niveau d’atteinte de résultats. Entre temps, on voyait un bon nombre d’organismes qui ont de la difficulté à réussir leurs initiatives à cause d’un manque d’appui, » d’expliquer Monsieur Robichaud. Ce prêt de service respecte le mandat du RDÉE Ontario de favoriser l’épanouissement socioéconomique des communautés francophones.

Le projet Agents – projets spéciaux permettra de mailler les ressources locales afin de tirer profit d’une synergie et créer un réseau d’entraide pour assurer une solidarité vers des priorités communes. Il encouragera l’établissement de partenariats stratégiques. En retour, une synergie facilitera le démarrage et le soutien de projets d’initiatives communautaires. Monsieur Robichaud ajouta que «  par la fin du projet, les 10 personnes recrutées auront fait les contacts nécessaires avec des chefs d’organismes et auront développé leurs habiletés professionnelles. Elles seront en mesure d’améliorer leur résumé et bénéficieront d’excellentes références .  

Dépôt du budget fédéral 2007 - Un signal positif envers les communautés francophones et acadiennes

 

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate
Le mardi 20 mars 2007

Dépôt du budget fédéral 2007 Un signal positif envers les communautés
francophones et acadiennes

Ottawa – « Le budget fédéral 2007 est encourageant au niveau de la
reconnaissance qu’il accorde aux collectivités de langue française vivant
partout au pays et à l’importance de la dualité linguistique ». C’est ce

Le bilinguisme retarderait de quatre ans l’apparition de la démence

le 9 mars 2007

Des chercheurs canadiens ont découvert des preuves étonnantes selon lesquelles l’utilisation de deux langues pendant toute sa vie aiderait à retarder de quatre ans l’apparition des symptômes démentiels, comparativement à l’utilisation d’une seule langue.

On s’intéresse de plus en plus dans la littérature scientifique à l’influence qu’ont plusieurs facteurs de style de vie comme l’activité physique, l’éducation et l’implication sociale sur l’établissement de « réserves cognitives » plus tard dans la vie.

Le gouvernement fédéral crée un nouveau conseil consultatif des personnes âgées

Le gouvernement fédéral crée un nouveau Conseil national des aînés et promet de consacrer près de 14 millions $ aux personnes âgées à travers tout le Canada.  Marjory LeBreton, secrétaire d'État aux aînés, a annoncé lundi que le conseil éclairera le gouvernement fédéral sur les dossiers d'intérêt national touchant les personnes âgées, pour s'assurer que les programmes et services du gouvernement répondent aux besoins des aînés.  «Les aînés ont participé à la construction de notre pays et l'ont aidé à devenir ce qu'il est aujourd'hui», a déclaré Mme LeBreton, ajoutant qu'avec la création de ce conseil, les conservateurs remplissent l'un de leurs engagements de la dernière campagne électorale fédérale.  Les groupes représentant les personnes âgées ont salué l'annonce, y voyant un signe que le gouvernement prend leurs préoccupations au sérieux.

Blogue de Christian Lamontagne - passeportsante.net - La pauvreté comme déterminant de la santé

 

C'est dur d'être en bas

Il y a trois ans, j'ai lu un livre qui fait désormais partie des oeuvres qui m'ont profondément marqué : The Status Syndrome, How social standing affects our health and longevity (Le syndrome du statut, Comment la position sociale affecte notre santé et notre longévité). Son auteur, Sir Michael Marmot, un médecin épidémiologiste anglais, s'est vu attribuer les plus hauts honneurs pour ses travaux qui ont fait date dans le domaine de la santé publique. Malheureusement, pas un seul de ses livres n'a encore été traduit en français. Marmot a simplement découvert et démontré que la position de quelqu'un dans la hiérarchie sociale se traduisait par une longévité et un état de santé correspondant à sa position dans le gradient social. Autrement dit, pour des habitudes de vie identiques, quelqu'un qui se trouve en bas de l'échelle sociale mourra plus tôt que quelqu'un qui se situe au milieu, et celui-ci mourra plus tôt que celui qui se trouve tout en haut. Évidemment, ces observations sont vraies pour les groupes de personnes et non pour chacun considéré individuellement.Ce gradient de santé s'observe aussi chez les primates et semble être une caractéristique associée à toute hiérarchie. Inéluctable donc. Mais la chose intéressante est que les écarts de longévité et d'état de santé ne sont pas les mêmes d'une société à l'autre. Plus une société permet à ses membres de participer également à la vie sociale, moins les différences de longévité et de santé sont grandes. Le mot clé est « participation ». À la fin de son livre, Marmot se demande : « Alors, qu'est-ce qu'on fait? » Sa réponse n'est pas simplement de mieux répartir la richesse ou de donner à chacun des chances égales d'accéder aux études supérieures. Il s'intéresse à quelque chose de plus fondamental et plus en phase avec la culture du XXIe siècle : comment augmenter les capacités de chacun de participer à la société et de réaliser ce qui lui paraît le plus important dans sa vie.

Ceci, dit-il, se traduira automatiquement par une meilleure santé et une augmentation de la longévité. On doit chercher à améliorer les conditions qui favorisent une bonne santé. Le paradoxe apparent est que la plupart de ces conditions n'ont rien à voir avec le système de santé. Ça comprend des choses aussi diverses, par exemple, que de rendre plus accessibles les transports en commun aux personnes âgées (parce que l'isolement les rend plus vulnérables), suite....cliquez sur ce lien  

Mesures d'adaptation potentielles relativement au changement climatique et aux questions de santé et de bien-être

Les problèmes de santé et de bien-être reliés aux changements climatiques touchent tous les secteurs de notre économie, notamment l'agriculture, l'industrie, les pêches et le transport. Tous les paliers des gouvernements devront aussi adapter leurs activités et programmes à cause de l'évolution du climat dans lequel nous vivons. Le secteur de la santé publique devra aussi gérer les effets de santé que provoquent les changements climatiques et qui pourraient affectés la santé des Canadiennes et des Canadiens.

Des cours d'environnement dans les écoles de l’Ontario

Ontario, 1 mars 2007 — Les écoles de l'Ontario disposeront bientôt d'un nouveau programme d'enseignement sur les changements climatiques et les problèmes de pollution. Dès la prochaine rentrée scolaire, les élèves pourraient ainsi étudier en classe les effets des gaz polluants. La ministre ontarienne de l'Environnement, Laurel Broten, admet que ce programme vise en partie à répondre aux critiques. «Le commissaire de l'environnement nous a dit qu'on n'a pas assez d'éducation de l'environnement dans nos écoles en Ontario», explique-t-elle.

Étude sur 30 ans: Les riches sont plus riches, les pauvres plus pauvres

Ottawa, 1 mars 2007 — Une étude du Centre canadien de politiques alternatives confirme une prémisse largement répandue: depuis 30 ans, les riches se sont enrichis au Canada, tandis que la pauvreté a davantage affligé les pauvres.

Le chercheur mandaté par le Centre, Armine Yalnizyan, a consulté des données publiées par Statistique Canada depuis 1976 pour établir des comparaisons, en dollars constants. Armine Yalnizyan dit avoir découvert que le revenu moyen du groupe le plus riche, soit 10 pour cent de la population, était 82 fois plus élevé que le revenu moyen du groupe le plus pauvre, ce qui lui fait conclure que cet écart est 2,6 fois plus élevé qu'il y a 30 ans, alors que le revenu moyen des riches était 31 fois supérieur à celui des plus démunis.  Par ailleurs, les familles les plus privilégiées, qui ont des revenus bruts de 100 000$ et plus, ont augmenté leur part de la richesse totale, alors que celle de la majorité des autres familles est restée la même ou a diminué. L'étude révèle aussi que travailler ne suffit pas à améliorer la situation financière. (PC)  

Le retour du programme ParticipACTION

1er mars 2007 - Le programme ParticipACTION va renaître de ses cendres. Le gouvernement fédéral s’engage à verser cinq millions de dollars en deux ans pour promouvoir l’activité physique auprès des Canadiens. Bénéficiant d’une notoriété enviable, ce programme pourrait toutefois devoir relever les défis du renouvellement.
Créé en 1971, ParticipACTION a cessé ses activités en 2001 lorsque son financement annuel a été aboli.

Pages

Subscribe to RSS - Saviez-vous que...