Back to top

Réseaux de soutien social

« Démystifier l’homosexualité, ça commence à l’école »

Section: 

Écrit par la sociologue Irène Demczuk, le guide pédagogique « Démystifier l’homosexualité, ça commence à l’école » a été créé pour aider le personnel de l’éducation à transmettre des connaissances objectives sur l’homosexualité et contrer les effets dévastateurs de l’homophobie dont sont victimes les jeunes en général et les garçons en particulier.  En plus d’offrir un inventaire de ressources communautaires, adresses de sites Web, vidéos, livres et films abordant la thématique de l’homosexualité, ce guide pédagogique donne aux enseignants des renseignements précieux qui leur permettront de développer une plus grande aisance à parler d’homosexualité. Cet outil scolaire comprend une série d’activités pédagogiques à réaliser aux niveaux primaire et secondaire. Ces activités permettront par exemple aux enseignants de rendre un événement comme la St-Valentin plus inclusif ou de faire avec les élèves des exercices sur leurs réactions et les attitudes à adopter s’ils apprenaient que leur meilleur ami est gai, si une camarade de classe se faisait rejeter parce qu’on dit qu’elle est lesbienne ou qu’elle a un parent homosexuel, ou encore si deux garçons de l’école voulaient aller au bal des finissants en amoureux. Ce guide pédagogique a reçu l’appui du ministre des Relations avec le citoyen et de l’Immigration. Pour commander ce guide pédagogique « Démystifier l’homosexualité, ça commence à l’école », offert à 15$ l’unité, vous n’avez qu’à remplir le bon de commande et à le retourner accompagné d’un chèque ou mandat à l’ordre du GRIS-Montréal, C.P. 476, Succursale C, Montréal (Québec), H2L 4K4. http://www.gris.qc.ca/PagesFr/guide.htm 

 

L'ABC de la formation d'un club de marche

Section: 

Ce guide publié par Kino-Québec avec la collaboration de la Fédération québécoise de la marche suggère différentes étapes pour mettre sur pied un club de marche. Cette publication fournit des renseignements utiles et des idées, que ce soit pour former un club de marche en milieu communautaire, municipal ou en milieu de travail. Vous avez envie de marcher en groupe? Vous connaissez des personnes qui, comme vous, aimeraient se joindre à un groupe pour se motiver à marcher? Il serait alors intéressant de créer un club de marche, informel ou non.

C'est plus qu'un jeu d'enfant

Section: 


 


Rédigé par :Alberta Centre for Active Living, l'affilié du Réseau canadien de la santé responsable du volet Vie active.

Une politique pour l'inclusion sociale...Pourquoi pas? Guide pratique

Section: 

Le Mouvement Acadien des Communautés en Santé du Nouveau-Brunswick inc.
(MACS-NB) s'intéresse de façon particulière à tous ceux et celles qui sont exclus des prises de décisions et de la vie communautaire, sous prétexte qu’ils n’ont rien à apporter. Il croit qu'une communauté est en santé lorsque les citoyens et citoyennes se
donnent les moyens nécessaires pour influencer les politiques publiques et rendre leur communauté plus inclusive.

C’est pourquoi il invite les pouvoirs publics à entreprendre une démarche concrète, structurée et durable en ce sens en adoptant une politique en matière d'inclusion sociale.
Pour pouvoir bien saisir les enjeux concernant l'inclusion sociale, plusieurs personnes et groupes qui oeuvrent au sein de leur communauté, à la grandeur du Nouveau-Brunswick et même ailleurs au pays, ont été consultés. Ils nous ont fait part de leur point de
vue et de leurs suggestions, ce qui nous a permis d'enrichir le document.

RAPPORT 2005 SUR LA PAUVRETÉ DES ENFANTS EN ONTARIO

Section: 

Campagne 2000 est un mouvement pancanadien regroupant plus de 90 organismes qui suivent les progrès entourant la résolution adoptée à la Chambre des communes d’éradiquer la pauvreté infantile au Canada avant l’an 2000. Ils viennent de publier un rapport de la situation que vous pouvez télécharger à  www.campaign2000.ca/fr. Selon le rapport, près d’un demi million d’enfants vivent dans la pauvreté en Ontario, soit 15-16%.

JEUX SANS FRONTIÈRES - ASSOCIATION CANADIENNE DES PARCS ET LOISIRS (ACPL)

Section: 

Cette trousse de mobilisation communautaire vise à rendre les loisirs plus accessibles aux familles à faible revenu. Pourquoi? Parce que tout le monde a besoin de jouer, mais n’en a pas la possibilité. Procurez-vous les ressources indispensables pour des loisirs accessibles pour tous les enfants en communiquant avec l'Association canadienne des parcs et loisirs
(613) 523-5315 (www.cpra.ca).

RÉSEAUTAGE : ON A TOUS À Y GAGNER

Section: 

Les réseaux ont toujours existé.  De tout temps, les gens sentent le besoin de faire connaissance, de se regrouper et d’interagir. Il est même devenu de nos jours incontournable.

Que nous en soyons conscient ou pas, la plupart d’entre nous ont accès à un réseau que ce soit pour notre travail ou bien pour nous,  personnellement.  Il peut être officiel, tel qu’être membre d’une association ou regroupement quelconque, ou bien  informel comme être le membre d’une famille élargie, d’amis et voisins par exemple.  Officiel ou informel, ces deux types de réseaux sont aussi importants et efficaces l’un que l’autre.

On définit le réseautage comme «un processus systématique qui consiste à rencontrer des gens, à apprendre des choses sur eux et à établir des liens, de sorte que toutes les parties établissent et élargissent leurs banques de ressources pour soutenir leurs efforts» (John Hope). En d’autres mots plus simples : le réseautage, ce sont des gens connectés avec d’autres, des gens qui joignent leurs idées et leurs ressources.

POURQUOI INTÉGRER UN RÉSEAU ?  

Faire du réseautage, c’est construire un pont entre des besoins et des ressources en utilisant les énergies en place.  Il est important de se faire connaître par un maximum de personnes et, surtout, de ne jamais hésiter à exprimer ses besoins parce que des pistes de solutions peuvent souvent nous parvenir de sources inattendues. D’après certaines observations qui ont été faites, on a conclut que l’on peut rejoindre la personne qu’on désire rencontrer, qui qu’elle soit, au bout d’une chaîne de 4 ou 5 personnes.

Pourquoi les gens ont-ils recours au réseau ?

  • joindre les meilleures personnes-ressources en vue d’obtenir une solution rapide aux problèmes;
  • savoir quand et où trouver de l’information et des ressources ;
  • favoriser les échanges avec leurs pairs et ainsi devenir à leur tour des personnes-ressources.

Si l’on ne naît pas réseauteur, on peut le devenir.  Bien qu’il soit important de savoir qui fait quoi et ce qui se passe dans son champs d’activité, il faudrait peut être commencer à réseauter à l’intérieur de votre organisme.  Vos collègues de travail sont une source importante d’information qui peuvent vous être utiles dans votre travail. N’hésitez pas à en avoir recours.

Portrait d’un bon réseauteur

RAPPORT SUR LA PAUVRETÉ URBAINE AU CANADA

Section: 

PAR SUE BAILEY

OTTAWA (PC)- Le nombre de ménages pauvres dans les villes canadiennes s'est accru de 34 pour cent au début des années 1990. Divulgué aujourd'hui, le rapport sur la pauvreté urbaine au Canada, rédigé par le Conseil canadien de développement social, est présenté comme la comparaison la plus détaillée jamais faite de grandes villes et de villes de taille moyenne.

S’ADATER À UNE NOUVELLE RÉALITÉ : LE VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION

Section: 

Le vieillissement de la population est un phénomène qui touche actuellement tous les pays du monde.  Selon l’Organisation mondiale de la santé, On estime aujourd'hui à 580 millions le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus dans le monde.  D'ici 2020, le nombre des personnes âgées de 60 ans et plus aura franchi le cap du milliard.  

Pour l'individu comme pour la société, l'une des principales préoccupations associées à la vieillesse est la dégradation possible de la santé, surtout si elle entraîne une plus grande dépendance personnelle. Bien que la santé se détériore avec l'âge, cette détérioration ne survient que progressivement chez la plupart des personnes âgées et celles-ci apprennent à s'adapter. Cependant, en raison du problème grandissant posé par les soins de plus en plus coûteux, on craint souvent qu'une population vieillissante n'impose un fardeau supplémentaire aux services de santé déjà surchargés.

On s'attend aussi à ce que le vieillissement de la population aggrave l’ampleur des problèmes de santé mais il a particulièrement un impact sur les problèmes de santé mentale.  Le fait de l'espérance de vie des personnes en général est plus longue grâce aux nouveaux traitements, médicaments et soins  pour en nommer que quelques-uns, aura aussi un impact au niveau des ressources financières nécessaires pour assurer une qualité de vie adéquate pour nos personnes âgées.  

L'amélioration de l'espérance de vie ouvre des perspectives sans précédent de créativité personnelle et sociale, mais soulève aussi des problèmes de caractère individuel et sociétal liés à la qualité de la vie des personnes âgées, notamment en ce qui concerne l'indépendance, l'interaction sociale, les soins de santé et la participation communautaire.  En 2020, on prévoit que les trois quarts des décès pourraient être liés au vieillissement  (OMS). Ils seront dus particulièrement à des maladies non transmissibles comme les maladies de l'appareil circulatoire, le cancer et le diabète. Nous pouvons dès maintenant constater une augmentation des personnes souffrant de troubles mentaux et des effectifs toujours plus importants atteignant un âge auquel on est plus exposé. Il faut aussi regarder de façon plus globale le bien-être de ces personnes.  L’isolement social des personnes âgées et la pauvreté sont des déterminants qui influencent leur santé.  Ce sont là quelques exemples isolés qui montrent bien le genre de problèmes de santé publique liés au vieillissement qui se posent aux responsables politiques. Il y en a beaucoup d'autres, bien sûr.   Les conséquences du vieillissement du point de vue social et de la santé publique, doivent être prises très au sérieux.

Dans un tel contexte, il est clair que les divers services publics doivent adapter leurs activités aux besoins des aînés, et ce, dès aujourd'hui. Il s'agit là d'un défi collectif qui exige l'engagement de l'ensemble des personnes et des acteurs sociaux pour que tous les aînés, ceux d'aujourd'hui comme ceux de demain, puissent vivre leur retraite et la fin de leur vie de façon décente et digne, dans une société adaptée à leur réalité (Santé Canada, Division des aînés).

QUOI FAIRE ?

Dans une récente publication de Santé Canada : « POUR UNE SOCIÉTÉ QUI VIEILLIT EN SANTÉ UNE APPROCHE AXÉE SUR L'AMÉLIORATION DE LA SANTÉ DE LA POPULATION  » ( (http://www.hc-sc.gc.ca/seniors-aines/pubs/healthy_comm/toc_f.htm ), on décrit le quatre agents sociaux importants qui jouent un rôle primordial dans la promotion de la vieillesse active :
L’individu : La personne âgée doit tenter de maintenir une bonne santé physique, des connaissances, des compétences professionnelles, des ressources financières, des milieux de vie adéquats et des relations sociales satisfaisantes. Il doit obtenir et utiliser de l’information pour prendre ses décisions, modifier son comportement pour s’adapter aux situations et aux capacités changeantes et participer de façon active et significative à la vie de la société. Toutefois, l’individu ne peut assumer la responsabilité d’optimiser sa qualité de vie que si des possibilités, des ressources et des choix viables lui sont offerts et s’il est en mesure de prendre soin de lui-même (par exemple, s’il sait comment chercher et interpréter l’information sur la santé et s’il a des connaissances de base en matière de vieillissement sain). De plus, les aînés doivent encourager les nouvelles générations à établir une culture qui favorise la vieillesse active.

La famille et les amis : Au cours de la vie de l’individu, la plupart des relations avec la famille et les amis se caractérisent par l’échange de soutien et de services de toutes sortes. Plus les aînés ot besoin de soins, plus ils ont tendance à recevoir des services de ce réseau intime, plus particulièrement de la famille. À vrai dire, la majeure partie du soutien que reçoivent les personnes âgées pour préserver leur autonomie et leur qualité de vie vient de la famille et des amis. Cependant, les membres de la familles et les amis n’ont pas toujours les ressources, le temps ou les connaissances nécessaires pour offrir tous les soins dont ont besoin les aînés, et les soignants naturels ont eux-mêmes besoin de soutien et de périodes de répit.

Les services communautaires :  Il incombe à la collectivité de créer un milieu attentif et convivial, qui aide les individus et leurs familles à répondre à leurs besoins. Les services communautaires comportent un large éventail d’associations ou d’organismes non gouvernementaux ou bénévoles, d’établissements d’enseignement, de centres culturels ou sportifs, de bureaux de services sociaux et de centres de service confessionnels. Ces services emploient du personnel rémunéré ou bénévole.

L’État : La famille et les amis, les organismes bénévoles et sans but lucratif, et les secteurs public et privé jouent un rôle vital lorsqu’il s’agit de faire en sorte que les individus de tous âges soient en mesure de rester actifs en vieillissant. L’État encourage et facilite le vieillissement sain et actif de la population en mettant en place les éléments suivants :
• un cadre stratégique qui définit l’intention, les principes, les valeurs et les objectifs sous-jacents à la vision d’une vieillesse active;
• un plan national qui définit les buts, les lacunes à combler, le calendrier
• d’intervention, les indicateurs de surveillance et leur évaluation;
• des politiques et des programmes sectoriels : sécurité sociale, santé, éducation, logement, transport, sports et activités physiques, culture et loisirs, justice, sécurité publique, etc.;
• des politiques et des programmes locaux (municipaux) qui complètent les politiques nationales et étatiques.

LES PRINCIPES D’UN SYSTÈME DE SOUTIEN COMPLET

L'INCIDENCE DE NOS PROGRAMMES SUR LES DÉTERMINANTS DE LA SANTÉ DE LA POPULATION

Section: 

Les membres de la communauté, les bailleurs de fonds et les travailleurs de la santé sont intéressés à en savoir plus sur la manière dont leurs activités de promotion de la santé contribuent à changer les déterminants de la santé de la population. Ce Guide pour améliorer la planification et la reddition des comptes est conçu pour aider ces trois «intervenants» à effectuer un telle démarche. L'objectif du guide comprend deux volets : - Faciliter les reddition de comptes de ces «intervenants» envers Santé Canada sur les déterminants de la santé de la population.

Pages

Subscribe to RSS - Réseaux de soutien social