Back to top

COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE DU COIP « AGIR EN AMONT ENSEMBLE »

Section: 

par l'équipe francophone du Centre de ressources en promotion de la santé

Louise Choquette
Hélène Roussel
Josée Bourbonnais

La conférence bilingue du Centre ontarien d’information en prévention (COIP) qui a eu lieu les 21 et 22 février derniers, a offert a plusieurs francophones de nos communautés ontariennes plusieurs possibilités de discussion, d’information et de réseautage. Le thème de la conférence « Agir en amont » a permis de sensibiliser nos participants francophones à l’importance des approches préventives et de promotion de la santé dans des sujets variés de nos activités communautaires.

Cette conférence avait pour but de :

  • célébrer le 20e anniversaire de la Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé;
  • célébrer les 20 ans d’existence du Centre ontarien d’information en prévention;
  • offrir une opportunité de forger des partenariats visant à assurer la santé et le bien-être futurs des Ontariens;
  • présenter des exposés et des idées novatrices pouvant ouvrir la voie aux stratégies de prévention de l’avenir.

Un résumé « visuel » de la conférence est disponible sur le site web du COIP à www.opc.on.ca/francais et plusieurs présentations peuvent être téléchargées à partir du même site.

L’aspect bilingue de la conférence fut très bien reçu de tous. Grâce à la traduction simultanée les participants œuvrant principalement dans la langue anglaise ont pu se familiariser aux problématiques de nos communautés francophones tout en augmentant l’accès à l’information aux intervenants francophones de la conférence.

ATELIER PRÉLIMINAIRE
La conférence a débuté le mardi après-midi avec un atelier préliminaire intitulé : « De la santé mondiale aux mesures locales ». Les animatrices de cette session ont démontré l’évolution de la promotion de la santé depuis la Charte d’Ottawa en 1986 jusqu’à la Charte de Bangkok de 2005. Un exercice ayant comme objectif d’identifier les implications de la Charte d’Ottawa sur le travail des gens présents a permis de se rendre compte que leur travail avait évolué au cours des 20 dernières années. Les animatrices ont ensuite expliqué le contenu de la charte de Bangkok, entérinée l’été dernier et les implications de celle-ci, car il devient maintenant nécessaire de réconcilier l’aspect local de leur travail au contexte mondial.

DISCOURS D’OUVERTURE ET CÉLÉBRATION
La soirée de mardi était bien remplie tant en contenu qu’en assistance. Graham Clyne, le président du conseil d’administration du COIP a ouvert la soirée en présentant le ministre de la Promotion de la santé de l’Ontario, Jim Watson. Il a d’ailleurs rappelé à l’auditoire l’importance d’aider ce ministre à mettre en valeur la promotion de la santé auprès des autres membres du Cabinet.

M. Watson a parlé des cinq priorités de son ministère soit :

  • un Ontario sans fumée;
  • l’alimentation saine;
  • la vie active, incluant les sports compétitifs;
  • la prévention des blessures;
  • la santé mentale et la prévention de la toxicomanie.

Le ministre Watson a aussi indiqué que le gouvernement est en train de créer un comité interministériel incluant les ministères suivants : Éducation, Services à l’enfance et jeunesse, Environnement, Travail, Renouvellement de l’infrastructure publique, Santé et Soins de longue durée, Agriculture, etc.  Pour plus de renseignements sur l’approche stratégique de ce ministère, visitez : http://www.mhp.gov.on.ca/french/strategicframework/default.asp

M. Charles E. Pascal, directeur général de l’Atkinson Charitable Foundation (www.atkinsonfoundation.ca) a présenté le discours principal : « De maille en maille, former des liens pour un Canada en santé. » Il a parlé de la nécessité d’utiliser l’Index canadien du bien-être créé pour évaluer les progrès réels de notre société. Sa présentation était ponctuée d’humour et incluait des extraits musicaux de Raffi, un musicien offrant un message étonnamment pertinent pour la promotion de la santé (voir www.raffinews.com ).

Une réception a suivi le discours et un grand nombre de pionniers de la promotion de la santé en Ontario y ont pris part.

DISCOURS PRINCIPAL DU MERCREDI
Madame Connie Clement, directrice général du Centre ontarien d’information en prévention a ouvert la deuxième journée en présentant le nouveau rapport du COIP intitulé « La prévention, une cause importante ». Ce document peut être téléchargé à partir du site Web du COIP à www.opc.on.ca/francais.  La prévention y est vue de façon très globale : sociale, environnementale et physique. Madame Clément a noté qu’investir dans un système de prévention et de promotion de la santé est davantage essentiel que de maintenir le présent système de traitement, de soins et de prise en charge qui se préoccupe d’intervenir une fois les maladies déclarées.

DIALOGUES CONCURRENTS
Cinq ateliers étaient disponibles suite au discours principal. J’ai choisi d’assister à la session en français intitulée : « L’accès à lui seul ne suffit pas : solutions pour les collectivités francophones ». La présentation complète de cet atelier ainsi que des détails sur les autres ateliers sont disponibles sur le site Web à www.opc.on.ca/francais.

M. Antoine Dérose du Centre de toxicomanie et de santé mentale a décrit le problème de sous financement des collectivités francophones de l’Ontario, qui sont souvent sous représentées dans les recensements. Les communautés francophones ethnoculturelles sont particulièrement touchées par ce problème et deviennent « une minorité dans une minorité ».

Madame Lise Girard du Ministère de la santé et du mieux-être du Nouveau-Brunswick a offert une perspective nationale du problème d’accès aux services en français. Grâce à une discussion très animée, elle a offert des pistes pouvant faciliter l’accès aux services en français :

  • Le Fonds pour l’adaptation des soins de santé primaire (FASSP)
  • La Société santé en français (SSF)
  • Le Consortium national de la formation en santé
  • L’augmentation des lieux d’accueil et d’infrastructures (tels des centres de santé communautaires)
  • L’augmentation de l’information sur les besoins (tels le projet Préparer le terrain – PLT)
  • L’augmentation de l’utilisation des technologies pour briser l’isolement (tel Télésanté)


DISCOURS DU DÎNER

Le président fondateur du Centre ontarien d'information en prévention, M. Malcolm Shookner, a offert une réflexion quant au cheminement de la prévention au cours des vingt dernières années et a envisagé les possibilités futures d'un engagement social plus poussé à l'égard de la prévention.

TABLES RONDES

L’après-midi a vraiment engagé les participants car des discussions en petits groupes sur plus de 20 sujets différents, dont trois en français : Partenariat des services en français : rassembler nos forces pour aller plus loin; De la prévention des AVC à la prévention des maladies chroniques et Supporter le changement de comportement. Les participants ont identifié les possibilités, les stratégies et les facteurs qui mènent au succès. Des exemples de programmes, projets et partenariats « en amont » ont alimenté leurs conversations.

LES LEADERS DE DEMAIN
La dernière session plénière intitulée : « Parler aux leaders de demain »  qui clôturait la conférence avec une vision d’avenir présentait trois jeunes visionnaires qui ont partagé leurs passions, leurs idées face à leur engagement social et politique dans un contexte de prévention et de promotion de la santé. Notre représentant francophone, Simon Lalande, président du Conseil provisoire de l’Assemblée de la francophonie de l'Ontario a brillé par sa personnalité charismatique et ses réflexions bien reçues.

Cette conférence, réunissant des centaines de personnes impliquées dans divers secteurs de la promotion de la santé, a démontré le leadership provincial du Centre ontarien d’information en prévention et sa capacité à mobiliser des joueurs clés dans un but commun de développer des partenariats forts et cohérents pour créer des communautés en santé. Un franc succès, tant du point de vue du réseautage, de partage d’idées nouvelles et de création de partenariats et ce dans un esprit d’inclusion.

Edition: