Back to top

Les voitures autonomes

Section: 

Par Alexandra Dixon, Université de l’Alberta, et Jayme Marrotte, Université de Guelph. Publié par l’Association canadienne de santé publique (ACSP). Publié de nouveau avec l'autorisation de l'ACSP. Merci!

Les voitures autonomes commencent à emprunter la voie rapide : une nouvelle flotte de véhicules Google fait des essais routiers dans deux États américains(1) et s’apprête à investir le marché dès 2020(2). Ces véhicules autonomes (VA) éliminent le besoin d’un conducteur humain et fonctionnent à l’aide de diverses technologies sensorielles et de cartographie informatique(3). Google et Tesla sont déjà dans la course, et les constructeurs automobiles classiques commencent à intégrer les technologies des VA dans leurs véhicules actuels. Les voitures autonomes ont principalement été mises au point pour le transport personnel, mais leurs coûts projetés pourraient les rendre inaccessibles à la majorité des utilisateurs. Google estime que selon les technologies et les mécanismes de construction actuels, de tels véhicules coûteraient plus de 150 000 $ chacun aux consommateurs, mais il est prévu de réduire ces coûts grâce aux économies d’échelle(4). Les VA pourraient aussi se substituer au transport collectif ou à d’autres services de transport.

Avec ces avancées technologiques, nous devrions envisager les conséquences de tels véhicules, notamment leurs effets possibles sur la sécurité routière, l’environnement, l’équité en santé et la sécurité économique.

La sécurité routière
L’erreur humaine est en cause dans 94 % des accidents de la route chaque année(2). Les VA pourraient réduire cette incidence de façon radicale, car ils sont programmés pour respecter les limites de vitesse et le code de la route(5) et ils suppriment les risques associés à l’alcool, à la distraction ou à la somnolence au volant. Ils pourraient aussi réduire les incidents de stress et de rage au volant(2). On prédit cependant que pendant la période de transition entre la prédominance des véhicules classiques et celle des VA, le nombre d’accidents de la route augmenterait en raison de la coexistence des deux types de véhicules et des ajustements que les conducteurs humains devront apporter à leur conduite(2).

En 2013, les véhicules classiques ont causé 77 blessures et 1,09 décès par tranche de 100 millions de milles de conduite aux États-Unis. Les VA de Google accumulent aujourd’hui 1,3 million de milles et sont intervenus dans 13 accidents sur une période de six ans, dont un seul aurait été causé par le VA(6). Il y a toutefois eu 10 cas où le conducteur est intervenu pour prévenir un accident déclenché par un VA. On a aussi rapporté un décès causé par un accident résultant d’une panne de capteur combinée à l’erreur du conducteur(7). Les études sur la sécurité des VA produisent des résultats contradictoires(8,9); il faudrait des données plus définitives avant de pouvoir tirer des conclusions ou faire des comparaisons directes avec les véhicules classiques. En outre, il y a des décisions morales à prendre sur la sécurité routière dans la programmation des VA. On ne sait pas clairement comment ces décisions seront prises.

L’environnement
On s’intéresse surtout à la réduction de la consommation de carburant et des émissions de gaz à effet de serre. Les VA pourraient réduire les émissions des voitures en améliorant l’efficience et le flux de la circulation(10). La communication d’un véhicule à l’autre facilitée par ces technologies pourrait améliorer la coordination de la mobilité de la circulation, ce qui réduirait la marche au ralenti et la consommation globale de carburant5. L’autopartage pourrait aussi réduire l’encombrement et diminuer les émissions. Par contre, la facilité et l’accessibilité du transport par automobile grâce aux VA pourrait augmenter le nombre de véhicules sur la route et dissuader les gens d’utiliser les infrastructures actuelles de transports collectifs(10).

L’équité en santé
Il est difficile de prédire quel sera l’effet des VA sur l’équité en santé. Si l’on réaffecte aux VA des ressources sociales qui soutiennent actuellement d’autres formes de transports collectifs, alors les personnes de faible statut socioéconomique pourraient en subir les contrecoups(2). Autrement, si les programmes d’autopartage deviennent la norme, plusieurs familles pourraient partager un même véhicule(11). De plus, l’élimination des coûts de main-d’œuvre associés aux conducteurs humains pourrait faire des VA une solution de rechange peu coûteuse aux taxis(12). Ainsi, les VA pourraient élargir les possibilités du transport par automobile aux personnes à faible revenu ou à celles qui n’ont pas les capacités physiques ou cognitives nécessaires à la conduite d’un véhicule. Un tel scénario pourrait favoriser l’accès à bas prix aux services de santé et aux rencontres sociales, et une plus grande indépendance(2).

La sécurité économique
L’utilisation des VA présente à la fois des défis et des possibilités dans les industries axées sur le déplacement des personnes et des biens de consommation. Le camionnage, les taxis, la livraison et la conduite d’autobus et d’autocars seront touchés, ainsi que les industries périphériques comme la réparation des véhicules et l’assurance automobile(13). L’automatisation de l’industrie du camionnage pourrait envoyer des milliers de gens au chômage, ce qui supprimerait l’un des rares emplois restants de la classe moyenne qui ne nécessite pas d’études postsecondaires(14). La main-d’œuvre réduite qui resterait se composerait probablement d’employés plus scolarisés, avec des compétences en recherche-développement, en programmation et en installation(15). La baisse des coûts de main-d’œuvre dans les industries du transport et du camionnage pourrait cependant offrir des économies considérables aux producteurs et aux consommateurs en aval(13). Le retrait des conducteurs humains dans le secteur du camionnage longue distance, par exemple, peut réduire les délais de transport, car les VA n’auront plus besoin de respecter la réglementation stricte du sommeil ou des heures de travail continu des conducteurs(16).

Il reste de nombreuses questions sans réponse sur l’introduction des VA; on ignore par exemple si la personne à l’intérieur du VA devra détenir un permis de conduire valide et si les règles sur la distraction au volant seront maintenues. On ne sait pas non plus si l’introduction des VA comportera plus d’avantages ou d’inconvénients sur le plan de la santé publique. Les avantages possibles sont la diminution des accidents de la route, l’amélioration de la sécurité routière, d’éventuels effets positifs sur l’équité en santé et la baisse des émissions de carburant. Du côté des inconvénients, il y a la menace à la sécurité d’emploi dans les services de transport et le creusement de l’écart entre les personnes qui auront et n’auront pas les moyens d’utiliser ces véhicules en raison de leur prix et de leur disponibilité. Une chose est certaine : l’introduction des VA aura des effets sur nos vies et nos emplois; bouclez votre ceinture, car le chemin sera cahoteux!

--

  1. Epstein, Z. Google’s self-driving cars will hit public roads this month. BGR, 2017. Sur Internet : http://bgr.com/2017/01/09/google-self-driving-cars-waymo-launch-january-2017/ (Consulté le 11 janvier 2017).
  2. Richland, J., Lee, J., & Butto, E. D. Steering Autonomous Vehicle Policy: The Role of Public Health. Altarum Institute, 2016. Sur Internet : http://altarum.org/sites/default/files/uploaded-related-files/Autonomous%20Vehicles%20Report_final031816.pdf (Consulté le 11 janvier 2017).
  3. Surden, H., & Williams, M. A. Technological Opacity, Predictability, and Self-Driving Cars. Cardozo Law Review, 2016. 38(121).
  4. Google. Google’s autonomous vehicle. Weebly, n.d. Sur Internet : http://googlesautonomousvehicle.weebly.com/technology-and-costs.html (Consulté le 20 janvier 2017).
  5. Pettigrew, S. Why public health should embrace the autonomous car. Australian and New Zealand Journal of Public Health 2016; 41(1).
  6. Kalra, N., & Paddock, S. M. Driving to Safety. How many miles of driving would it take to demonstrate autonomous vehicle reliability? RAND Corporation, 2016. Sur Internet : www.rand.org/content/dam/rand/pubs/research_reports/RR1400/RR1478/RAND_RR1478.pdf (Consulté le 11 janvier 2017).
  7. Solon, O. Why self-driving cars aren’t safe yet: rain, roadworks and other obstacles. The Guardian, 2016. Sur Internet : https://www.theguardian.com/technology/2016/jul/05/tesla-crash-self-driving-car-software-flaws (Consulté le 11 janvier 2017).
  8. Blanco, M., Atwood, J., Russell, S., Trimble, T., McClafferty, J., & Perez, M. Automated vehicle crash rate comparison using naturalistic data. Virginia Tech Transportation Institute, 2016. Sur Internet : www.vtti.vt.edu/PDFs/Automated%20Vehicle%20Crash%20Rate%20Comparison%20Using%20Naturalistic%20Data_Final%20Report_20160107.pdf (Consulté le 11 janvier 2017).
  9. Schoettle., B, & Sivak, M. A preliminary analysis of real-world crashes involving self-driving vehicles. University of Michigan Transportation Research Institute, 2015. Sur Internet : www.umich.edu/~umtriswt/PDF/UMTRI-2015-34.pdf (Consulté le 11 janvier 2017).
  10. Wadud, Z. Will self-driving cars reduce energy use and make travel better for the environment? The conversation, 2016. Sur Internet : http://theconversation.com/will-self-driving-cars-reduce-energy-use-and-make-travel-better-for-the-environment-55363 (Consulté le 11 janvier 2017).
  11. Schulman., E. Experts discuss self-driving cars and public health implications at injury symposium. Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, 2016. Sur Internet : www.jhsph.edu/research/centers-and-institutes/johns-hopkins-center-for-injury-research-and-policy/blog/experts-discuss-self-driving-cars-and-public-health-implications-at-injury-symposium & https://www.youtube.com/watch?v=m-1sJdapFm8&feature=youtube (Consulté le 11 janvier 2017).
  12. Simmons, T. Driverless cars: how will they impact Toronto in 2020? CBC News, 2016. Sur Internet : www.cbc.ca/news/canada/toronto/programs/metromorning/toronto-driverless-cars-1.3581476 (Consulté le 11 janvier 2017).
  13. Tracy, S. Autonomous vehicles will replace taxi drivers, but that’s just the beginning. The Huffington Post, 2015. Sur Internet : www.huffingtonpost.com/sam-tracy/autonomous-vehicles-will-_b_7556660.html (Consulté le 11 janvier 2017).
  14. Kitroeff, N. Robots could replace 1.7 million American truckers in the next decade. Los Angeles Times, 2016. Sur Internet : www.latimes.com/projects/la-fi-automated-trucks-labor-20160924/ (Consulté le 11 janvier 2017).
  15. Brynjolfsson, E., & McAfee, A. Race against the machine: How the digital revolution is accelerating innovation, driving productivity, and irreversibly transforming employment and the economy. The MIT Centre for Digital Business, 2012. Sur Internet : http://ebusiness.mit.edu/research/Briefs/Brynjolfsson_McAfee_Race_Against_the_Machine.pdf (Consulté le 11 janvier 2017).
  16. Solon, O. Self-driving trucks: what’s the future for America’s 3.5 million truckers? The Guardian, 2016. Sur Internet : https://www.theguardian.com/technology/2016/jun/17/self-driving-trucks-impact-on-drivers-jobs-us (Consulté le 11 janvier 2017).
Edition: