Back to top

Devenez « ami de la santé cognitive »

Section: 

Devenez « ami de la santé cognitive »

D’ici 2031, la Société Alzheimer du Canada prédit que 1,4 million de personnes souffriront de la maladie si rien ne change. Le mois de janvier y est consacré par Santé Canada et pour cause : « 15 % des Canadiens âgés de plus de 65 ans vivent avec une démence qui affecte « la pensée, la mémoire, l’humeur, le comportement et les habiletés physiques ».

Aux fins de clarté, précisons ce qu’est la maladie, selon la définition actuelle, toujours selon la Société Alzheimer du Canada :

« Une maladie du cerveau caractérisée par une dégénérescence progressive des cellules du cerveau. (Son) évolution suit généralement des stades (dont) les symptômes, l’ordre de leur apparition et la durée de chacun (…) varient selon les personnes. Dans la plupart des cas, la maladie d’Alzheimer progresse lentement. Les symptômes peuvent chevaucher plus d’un stade et en estomper les limites. »

Incurable, mais traitable

Bien qu’il n’existe toujours pas de remède à proprement dit, la médecine continue de faire des progrès et gagne du terrain chaque année. « (…) les progrès réalisés récemment sur le plan de la compréhension et du traitement de la maladie d’Alzheimer permettent d’assurer aux personnes qui en sont atteintes une meilleure qualité de vie que par le passé.» Précisons que les options de traitement actuelles, combinées à l’adoption d’un mode de vie sain (voir prochain paragraphe) peuvent atténuer les symptômes, voire même ralentir la progression de la maladie. C’est à chacun d’en discuter avec son médecin et ses proches puisque rien ne peut guérir la démence, un processus qui demeure très mystérieux pour la science et, malheureusement irréversible et incurable pour le moment.

 

Faire tout pour prévenir ou ralentir l’Alzheimer

Entretemps, on peut tous tenter de prévenir la maladie en suivant des habitudes saines très accessibles et pas compliquées. Les recherches scientifiques les plus récentes pointent vers les facteurs suivants comme jouant un rôle majeur contre la démence et pour la neuroplasticité et la santé du cerveau humain : faire de l’exercice régulièrement, éviter à tout prix le tabac et l’abus d’alcool, réduire son poids, garder bien active sa vie sociale, stimuler son cerveau en se donnant des défis intellectuels ou encore de se forcer à créer régulièrement (peu importe dans quoi !) et protéger son crâne des accidents graves en portant un casque. Bref, ça n’a rien de sorcier. On peut essayer de mettre toutes les chances de son côté…

 

Que faire si l’on soupçonne que l’Alzheimer se déclare…

D’abord, il faut reconnaître des signes précurseurs puisqu’il est très facile de les méprendre pour des symptômes bien normaux liés au vieillissement. Il faut alors s’informer et rester calme. À cet effet, le chapitre de la Société Alzheimer d’Ottawa présente en une affiche très facile à comprendre les 10 signes précurseurs clairs de la maladie. Évidemment, il ne faut surtout pas hésiter à consulter son médecin et se renseigner auprès de la Société Alzheimer du Canada, soit en ligne ou dans sa collectivité.

 

Les aidants auprès des proches souffrant d’Alzheimer

L’Alzheimer peut s’avérer particulièrement difficile pour  les proches qui agissent  en tant qu’aidants naturels pour la personne atteinte. Voir un être cher confus ou perdre progressivement ses capacités cognitives par exemple peut s’avérer très difficile à vivre. À cet effet, des réseaux de discussion et d’appui existent partout et sont là pour aider. Le site de la Société Alzheimer du Canada présente une section entière réservée aux aidants, laquelle présente d’excellentes perspectives pour mieux « naviguer » la maladie et ses effets dévastateurs. On y cite par exemple une série de réflexions et de points de vue de personnes atteintes qui sont très utiles pour rappeler à l’aidant comment mieux appuyer son proche : « N’oublie pas que mes sentiments sont intacts (même si ma mémoire ne l’est pas) et qu’il est très facile de me blesser. »

 

Déclarez-vous « ami de la santé cognitive »

En 2011, 747 000 canadiens étaient atteints soit de l’Alzheimer ou d’autres troubles cognitifs qui y sont liés. Mary McKinlay vit avec plusieurs des symptômes de la maladie depuis 10 ans et en parle avec candeur et franchise dans un blogue bien accessible. Une lecture inspirante pour le moindre… Si ce sujet vous touche droit au cœur et que vous voulez poser un geste d’appui concret à l’occasion du mois dédié à l’Alzheimer, inscrivez-vous en tant qu’ami de la santé cognitive et marquez ainsi votre engagement pour comprendre la démence et ceux qui en souffrent.

Edition: