Back to top

Renforcement du pouvoir d’agir (empowerment) des communautés francophones à travers des programmes accessibles de promotion de la santé.

Section: 

Renforcement du pouvoir d’agir (empowerment) des communautés francophones  à travers des programmes accessibles de promotion de la santé.

Ameth Lo, Promoteur de la santé-Services en Français-Centre de santé TAIBU

Les sociétés modernes sont marquées par une réelle ambivalence. En même temps qu’on y célèbre, à juste titre, le triomphe de l’égalité des individus au sens d’extension du principe tocquevillien d’égalités des droits[1], il s’y déroule un accroissement de l’écart des inégalités de chances, de revenus et de santé[2]. C’est ainsi que depuis les années 2000, l’accès aux services de santé en français a constitué au Canada un enjeu de premier plan pour les communautés francophones en situation minoritaire[3]. En effet, l’essentiel des efforts des dirigeants francophones dans le secteur de la santé visait à élargir cet accès en développant de nouveaux services ou en rendant les services existants plus accessibles et plus visibles. Cependant, ils existent encore des barrières aux soins préventifs pour ces  populations. C’est dans ce contexte qu’intervient la promotion de la santé qui a pour but de réduire les écarts actuels caractérisant l'état de santé, et d'offrir à tous les individus les mêmes ressources et possibilités pour réaliser pleinement leur potentielle santé. En d’autres termes, la promotion de la santé a pour but d’aider les individus à prendre soin de leur santé à travers le renforcement du pouvoir d’agir (empowerment).  Cependant, Il est impossible de parler de pouvoir d’agir sans aborder la notion de participation tant au plan individuel que collectif.

Par ailleurs, dans un contexte minoritaire, le plus grand défis pour les francophones reste l’accessibilité des services de promotion de la santé en français. Plusieurs études ont démontré que l’autogestion et la prévention sont favorisées par des conditions de vie favorables, mais aussi par ce que Lévesque définit comme l’« approchabilité »[4] des services, c’est-à-dire la proximité des services offerts et l’information disponible aux personnes afin qu’elles puissent s’autogérer et prévenir certaines maladies. Cela suppose évidemment de reconnaître et encourager le développement du potentiel des individus et des communautés à définir leurs besoins, leurs enjeux et leurs priorités.

La Coalition pour les Communautés Francophones en Santé de Scarborough (CCFSS)

 

En Janvier 2014, le RLISS du Centre-Est et l’Entité 4 entrent dans un partenariat avec le Centre de santé communautaire TAIBU, un fournisseur de services de santé qui fournit des soins de santé primaires, des programmes de développement communautaires à Scarborough, afin de soutenir la mise en œuvre de la Coalition pour des Communautés en Santé de Scarborough (CCFSS).

L’objectif principal du CCFSS est de mettre l’accent sur la promotion de la santé et sur la prévention secondaire afin de diminuer ou arrêter la progression des maladies chroniques et de prévenir, dans la mesure du possible, des évènements indésirables ou l’invalidité.
Compte tenu du fait que le regroupement de Scarborough est une région désignée bilingue en matière de la Loi sur les services en français (LSF), et que le Centre de Santé Communautaire TAIBU désire travailler en collaboration avec le RLISS du Centre-Est et l’Entité 4, afin d’améliorer la santé de la communauté francophone, les trois partenaires renforceront l’engagement communautaire auprès des intervenants et des membres de la communauté comme un élément central de la CCFSS. Le RLISS du Centre-Est, l’Entité 4 et le Centre de santé communautaire TAIBU s’engagent à faire valoir l’équité et le respect de la diversité en engageant la communauté francophone sur des enjeux qui amélioreraient la santé et le bien-être de la communauté francophone du regroupement de Scarborough.

L’arbre à palabres : un modèle d’appropriation des programmes de promotion de la santé

On sait maintenant que pour bien comprendre et arriver à réduire les inégalités de santé, on ne peut passer à côté de l’engagement communautaire. Ce processus permet de favoriser « l’acceptabilité » des programmes et services offerts. La participation permet aux personnes et aux communautés d’exercer davantage le contrôle sur les décisions et les actions qui affectent leur santé et les moyens d’autogérer leurs propres santé. C’est dans cette optique, que le programme de promotion de la santé en français de TAIBU a mis en place « L’arbre à palabres ».

 

L’arbre à palabres est ce lieu en Afrique (dans le village) où on se retrouve le soir pour entamer des discussions et pour organiser la vie de la cité. C’est le lieu de la parole et de l'écoute. La vie du village est régie sous l’arbre à palabres : mariages, conflits fonciers, bonne ou mauvaise récolte, la gestion des épidémies, les nouvelles des parents des villages voisins, etc. La cohésion de la collectivité villageoise est ainsi assurée tout comme sont assurées la paix et l’entente entre habitants du même village, puis entre villages voisins. Le modèle de l’arbre à palabres est appliqué dans ce contexte à TAIBU pour créer un type d'environnement où les membres de la communauté font partie d'une culture (francophone) et cherche à favoriser des liens significatifs, promouvoir l'engagement actif de la communauté afin de faciliter l'accès aux services de santé améliorer le bien-être des francophones de Scarborough. Par ailleurs ce modèle renforce l’action communautaire en ce sens qu’il permet la participation effective et concrète de la population francophone à la fixation des priorités, à la prise de décision sur les services offerts et à l’élaboration de stratégies de planification.

Étant le lieu par excellence de la parole et de l'écoute, ce modèle a été utilisé pour identifier les besoins de cette population comme par exemple les ateliers de formation sur l’autogestion des maladies chroniques.  Ainsi, l’arbre à palabres de TAIBU nous a permis de mieux cibler l’intervention : le moment, la fréquence, la durée et la portée. L’établissement d’une relation de confiance entre les personnes engagées dans le processus et celles responsables de l’intervention joue un rôle prépondérant Ces différents aspects influent tous sur les résultats et l’accessibilité du service offert.

 

Des résultats encourageants : une grande participation et un dynamisme observés chez les francophones

Un an déjà que le CSC TAIBU offre des programmes de promotion de la santé en français dans la région de Scarborough.  Une année riche en activités et différentes initiatives ont été mises en œuvre pour améliorer l’accessibilité des services et programmes en français. Plus de 160 francophones ont pu bénéficier d’activités diverses dont la formation de 6 semaines à l’autogestion des maladies chroniques, des groupes de nutrition et de cuisine communautaire, des séances d’activités physiques adaptées aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Par exemple, la cuisine communautaire à travers l’apprentissage de techniques culinaires (démonstration par un Chef) a permis aux participants d’acquérir des compétences sur de nouvelles habitudes alimentaires saines et de renforcer la connaissance du guide alimentaire canadien. Au-delà de l’influence positive sur les habitudes de vie, l’activité permet aux francophones de briser l’isolement et favorise un sentiment d’appartenance à une communauté francophone vibrante, dynamique, engagée et ethnoculturelle.

Autant d’initiatives culturellement sensibles aux besoins particuliers d’une population francophone généralement mal desservie et de gros progrès réalisés en si peu de temps pour la réduction des écarts dans l’offre de services disponibles en français. La participation et l’engagement des francophones à ces différentes activités démontrent une fois de plus que si les services en français sont accessibles et culturellement adaptés, la demande active est au rendez-vous.

« L’approchabilité[5] » des services offerts ainsi que l’engagement de partenaires au sein de la coalition pour des communautés francophones en santé de Scarborough sont autant d’éléments cruciaux pour assurer à la population francophone un meilleur accès aux services. Cette approche simple qui a prouvé son efficacité peut être reproduite ailleurs surtout pour les francophones vivant dans un contexte minoritaire.

 

 

 

 

[1] Samb, Oumar Mallé, La gratuité des soins et ses effets sociaux : entre renforcement des capabilités et du pouvoir d’agir (empowerment) au Burkina Faso. Thèse de santé Publique – Université de Montréal, 2014

[2] Samb, Oumar Mallé, La gratuité des soins et ses effets sociaux : entre renforcement des capabilités et du pouvoir d’agir (empowerment) au Burkina Faso. Thèse de santé Publique – Université de Montréal, 2014

[3] Rapport au Ministre Fédéral de la santé- Comité consultatif des communautés francophones en situation minoritaire, 2001

[4] Lévesque, JF, 2013, Patient-centred access to health care: conceptualising access at the interface of health system and populations, Int J Equity Health, 12: 18, 1-9

[5] Lévesque, JF, 2013, Patient-centred access to health care: conceptualising access at the interface of health system and populations, Int J Equity Health, 12: 18, 1-9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Edition: