Back to top

LA PROMOTION DE LA SANTÉ AUPRÈS DES FAMILLES

Section: 

Au cours des deux dernières décennies, nous avons pu constater de nombreux changements parce que le contexte économique et social a évolué.  Le concept de famille a également évolué.  En plus des familles traditionnelles, d’autres types de familles sont devenues plus fréquentes et plus largement acceptées telles que les familles monoparentales, reconstituées, voire les familles de même sexe.  Au sein de ces familles, le niveau des responsabilités a également changé – un rôle plus actif des pères auprès des enfants et un nombre plus élevé de mères qui travaillent à l’extérieur.  Mais ce qui n’a pas changé c’est le besoin d’entretenir des relations familiales engagées et chaleureuses et pour ce faire nous devons promouvoir des initiatives où les parents se sentent appuyés dans leurs efforts pour élever leurs enfants et où la communauté en général participe à la promotion de leur bien-être.  

Quelques statistiques
«Les enfants et les jeunes de moins de vingt ans représentent environ 28 % de la population totale, soit 7,5 millions de Canadiens. D'après les recherches, 18 à 20 % des enfants et des jeunes (1,5 million) courent un risque spécifique de problèmes mentaux, émotifs ou de comportement, tandis que 30 à 40 % courent un risque général.

La pauvreté, l'appartenance à une minorité ethnique ou à une famille monoparentale prestataire de l'aide sociale, le chômage des parents, le logement inadéquat ou surpeuplé, l'agression et la négligence, le fait d'habiter dans un milieu à haut risque, la violence familiale, les difficultés conjugales et le divorce sont autant de facteurs qui comportent des risques importants pour la santé mentale de l'enfant.

Dans l'ensemble, les statistiques font état de taux de prévalence de la maladie mentale chez l'enfant du
même ordre que les taux applicables à la population en général ; entre 5 et 30 % des enfants et des jeunes sont ainsi touchés. Selon une étude menée en Ontario, près d'un cinquième des jeunes de 4 à 16 ans (18,1 %) souffrent de problèmes psychiatriques sous une forme ou une autre.   Les recherches portent à croire que les taux de prévalence des troubles mentaux sont plus élevés chez les garçons que
chez les filles; chez les enfants de milieu urbain que chez ceux qui vivent en milieu rural ; chez les enfants de famille à faible revenu que chez ceux de famille à revenu moyen ou élevé
(Source : http://www.hc-sc.gc.ca/hppb/enfance-jeunesse/cyfh/child_and_youth/mental_health/ftp_working_group/index_f.html)

Quel rôle joue la promotion de la santé ?

L’approche «promotion de la santé» est orientée vers la santé en tant que ressources et vers la mise en place des conditions favorables à l’amélioration de la santé et du bien-être.  Cette approche tient compte de multiples déterminants de la santé des individus et de la population tels que les habitudes de vie, les conditions de vie, l’environnement et d’autres.  Elle a également recours à différentes stratégies telles que la création de milieux favorables, renforcement de l’action communautaire, habilitation et élaboration de politiques publiques saines (Source : Organisation mondiale de la santé, 1986).

L'approche "promotion de la santé"  favorise donc le développement de programmes centrés sur les forces de la famille et qui visent à renforcer le potentiel des parents dans l’éducation de leurs enfants, à créer des millieux favorables à la vie familiale et à renforcer l’action communautaire.  Cette approche ne se limite pas à intervenir au niveau de la santé physique et psychologique.  Elle doit aussi faciliter l’accès à certaines ressources (personnelles, économiques, sociales, culturelles) et  aider les parents dans leur rôle en leur permettant de développer certaines compétences.

L’art d’être parent

Le concept de développement des compétences ou de l'habilitation est un des fondements de la promotion de la santé.  Celui-ci se retrouve au niveau de l'empowerment des parents qui se définit comme le respect d'individu et la reconnaissance de ses habiletés pour lui permettre de mieux utiliser ses ressources et capacités.   En plus des parents, la communauté a  également un rôle à jouer.  Une communauté axée sur la famille encourage le développement de groupes de soutien pour les familles et des cours réguliers sur le rôle parental, y compris des ateliers annuels sur le sujet avec l'appui financier de la communauté, du secteur privé d'autres partenaires.

Les intervenants et chercheurs s’entendent sur un certain nombre de conditions qui assurent le succès des programmes de développement de compétences parentales, des programmes qui valorise une approche respectueuse des personnes, de leurs valeurs  et une qualité d’intervention, une continuité du projet, une relation de qualité entre la femme et l’intervenante et sans oublier le travail en équipe.  Des programmes axés sur le développement d'habiletés doivent permettre un processus où, premièrement,  le parent se sent écouter et aussi qui stimule leur processus décisionnel et encourage leurs efforts pour s'améliorer dans leur nouveau rôle.  Le parent doit aussi être considéré comme une sources de connaissances au sujet de leur bébé et non comme une personne qui ne fait que recevoir des connaissances de la part de professionnels.  La base de tout programme de développement des compétences parentales devrait permettre aux parents de mettre leurs compétences en valeur.  "Plutôt que d'enseigner aux parents les caractéristiques du comportement de l'enfant, il serait préférable de leur demander ce qu'ils ont perçu et observé des capacités de leur enfant, d'en discuter avec eux et de leur permettre de rectifier leurs perceptions à partir de leurs observations". (Cardone et Gilkerson, 1990).

Quels programmes réussissent?

  • On sait que de nombreux programmes aident les enfants et les adolescents à risque élevé à s'adapter plus facilement et à combler leurs besoins à chaque étape du développement.
  • Les enfants les plus à risque, ceux dont les familles ont peu de ressources financières ou                          affectives, tirent surtout avantage des programmes qui portent sur leur développement et leurs                 rapports avec les parents.
  • La qualité, le moment et l'intensité de l'intervention sont des composantes essentielles d'un                          programme réussi.   Habituellement, plus on entreprend en bas âge de favoriser le développement d'un enfant, meilleurs sont les résultats.
  • La plupart des programmes privilégient les facteurs qui favorisent le développement des                       enfants pour aider ces derniers à faire face aux difficultés.

(Source : Feuillet-ressource, Au nom de nos enfants - http://www.voices4children.org/factsheet/feuille10.htm)

Pour être efficaces, ces interventions qiu ont pour objectifs de développer les compétences des  parents devraient être proposées sur une période suffisamment longue, soit du début de la grossesse jusqu'à ce que l'enfant ait un an ou plus. Elles devraient également favoriser la reconnaissance et l'acquisition des compétences parentales (Conseil de la famille, 1990), aussi bien chez le père que chez la mère.

 Reconnaissant que le développement de certaines habiletés permettront aux  parents d'améliorer leurs compétences mais il ne faut pas oublier, en tant qu'intervenant, de respecter l'individu et reconnaître qu'il n'y a pas de recette miracle.

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CERTAINS PROGRAMMES  :

Programme intensif d’intervention précoce uprès des enfants autistiques du gouvernement ontarien - http://www.gov.on.ca/CSS/page/brochure/autismeipf.html

L'art d'être parent - http://www.cps.ca/francais/carekids/parent/index.htm

Service de l’information sur le syndrome d'alcoolisme foetal et les effets de l'alcool sur le   foetus :

www.ccsa.ca/fasgenf.htm

Enfant et famille Canada : www.cfc-efc.ca
Évaluation des besoins «First Steps» : Collaboration pour la production de matériels éducationnels et de ressources pour les praticiennes et les parents - http://www.cfc-efc.ca/docs/00000184.htm
Les jeunes familles : vues par elles-mêmes : Plonger dans le vide - http://www.cfc-efc.ca/docs/00000220.htm
Jeu constructif - http://www.cfc-efc.ca/docs/00000207.htm

Réseau canadien de la santé : www.canadian-health-network.ca

Sidelines Canada réseau d'aide prénatale : www.sidelinescanada.org

Grandir en santé! Un guide pour le développement positif des jeunes : www.growinghealthykids.com/

Feuillets de renseignements multiculturels du programme d'aide postnatale aux parents
Ce programme offre de l'assistance aux professionnels de la santé afin qu'ils offrent des renseignements cohérents aux parents de nouveau-nés.  Les ensembles de renseignements comprennent onze feuillets de renseignements et le questionnaire "Votre enfant et vous...Questions courantes" que vous pouvez photocopier au besoin. Vous pouvez commander un ensemble de renseignements dans une ou plusieurs des langues ci-dessous:
Institut canadien de la santé infantile,
885 prom. Meadowlands, bureau 512
Ottawa, ON, K2C 3N2
 tél: (613) 224-4144, téléc.: (613) 224-4145, courrier électronique cich@igs.net

Projet 1,2,3 GO !
Le projet 1,2,3 GO! est un programme d'aide à la petite enfance soutenu par l'organisme Centraide de la région métropolitaine de Montréal.  Le but de cet projet est de rassembler les ressources financières, humaines et matérielles nécessaires pour mobiliser la collectivité et soutenir les mesures prises collectivement dans l'intérêt des enfants de 0 à 3 ans et de leurs familles, en particulier dans les milieux défavorisés sur le plan socioéconomique. Le projet accroîtra le bien-être des tout-petits en améliorant leurs conditions de vie.  Les enfants participent, de façon régulière, à des activités favorisant leur développement affectif, cognitif, social et physique, dans un environnement accueillant, chaleureux et stimulant. La participation des parents est encouragée et leur rôle sera respecté tout au long du projet.

Personne ressource :
Pierre-Marie Cotte
Directeur
Projet 1,2,3 GO!
493, rue Sherbrooke Ouest
Montréal (Québec) H3A 1B6
Téléphone : (514) 288-1261
Télécopieur : (514) 844-2696

Projet Prospères

Le projet Prospères, à Pointe-Calumet QC, vise à établir un modèle d'intervention communautaire qui permettra de mobiliser les membres d'une collectivité vulnérable, par l'élaboration et l'application d'un plan d'action. Ce plan doit encourager ou maintenir l'engagement des pères à l'égard de leurs jeunes enfants (de 0 à 5 ans).  Premièrement, il s'agit de favoriser la reconnaissance et la prise en charge du problème, c'est-à-dire de veiller à ce que la collectivité elle-même détermine les éléments qui font problème, et de mettre en œuvre des activités qui contribuent au soutien du changement. Deuxièmement, on cherche à renforcer les efforts et les structures de mobilisation et de concertation de la collectivité, et troisièmement, à créer une culture locale favorisant l'engagement paternel. Cinq étapes ont donc été prévues : convenir d'une structure d'action, s'entendre sur les objectifs à réaliser, élaborer et appliquer un plan d'action, puis l'évaluer en fonction des résultats obtenus.

Personnes ressources :
Gilles Forget
Conseiller en promotion de la santé
Direction de la santé publique Montréal-Centre
Téléphone : (514) 528-2404
Télécopieur : (514) 528-2426

Comprendre la petite enfance - L'influence de la collectivité sur le développement de l'enfant -
http://www.hrdc-drhc.gc.ca/arb/publications/research/1999docs/w-99-6f.pdf

Association canadienne des programmes de ressources pour la famille (PRF)
707 - 331 rue Cooper
Ottawa (Ontario) K2P 0G5
Téléphone : (613) 237-7667; téléc : (613) 237-8515 et courriel : info@frp.ca

Y'a personne de parfait
Y'a personne de parfait est un programme d'éducation visant à inculquer aux parents des notions de base concernant les cinq premières années de l'enfance. Le programme utilise des documents présentés dans un langage clair et fait appel à des techniques de formation d'adultes incluant des discussions de groupe.  Pour plus d'information, communiquer avec le PRF

Soutien aux pères
L'Association canadienne des programmes de ressources pour la famille (PRF Canada) a récemment mené une étude auprès d'un échantillon de programmes, étude qui a duré un an et qui portait sur l'engagement des pères. -

Edition: