Back to top

Les immigrants sur le marché canadien du travail en 2006 : analyse selon la région ou le pays de naissance

Le Quotidien  Statcan - le mercredi 13 février 2008 

Étude : Les immigrants sur le marché canadien du travail en 2006 : analyse selon la région ou le pays de naissance
Une nouvelle étude révèle que les immigrants nés en Asie du Sud-Est, et notamment ceux nés aux Philippines, obtenaient les meilleurs résultats sur le marché du travail en 2006 parmi tous les immigrants au Canada, peu importe leur période d'établissement au pays.

L'étude permet d'évaluer la situation de trois catégories d'immigrants sur le marché du travail, soit les immigrants très récents (arrivés entre 2001 et 2006), les immigrants récents (arrivés entre 1996 et 2001) et les immigrants de longue date (établis au pays depuis plus de 10 ans).

Selon l'étude, de nombreux immigrants très récents du principal groupe d'âge actif (de 25 à 54 ans) éprouvaient en 2006 plus de difficultés sur le marché du travail que les personnes nées au Canada, et ce, peu importe leur pays de naissance.

Parmi les immigrants très récents, seuls ceux nés en Asie du Sud-Est avaient des taux de chômage, d'emploi et d'activité s'apparentant à ceux de la population née au Canada du principal groupe d'âge actif.

Les immigrants nés ailleurs en Asie (y compris au Moyen-Orient) ainsi que ceux nés en Amérique latine, en Europe et en Afrique affichaient, en 2006, des taux de chômage supérieurs et des taux d'emploi inférieurs à ceux de leurs homologues nés au Canada.

Les immigrants en âge de travailler nés en Europe avaient, en 2006, une situation sur le marché du travail semblable à celle de la population née au Canada, mais ce constat tient surtout pour les immigrants récents et de longue date.

Les immigrants nés en Afrique éprouvaient des difficultés sur le marché du travail, peu importe leur période d'établissement. En 2006, le taux de chômage des quelque 70 000 immigrants très récents nés en Afrique s'élevait à 20,8 %, soit plus de quatre fois le taux de la population née au Canada.

Les pays de naissance des immigrants établis au Canada ont changé au cours des dernières décennies. On observe à ce chapitre un glissement, particulièrement manifeste au milieu des années 1980, des pays d'Europe au profit des pays d'Asie.

Les personnes nées en Asie formaient le principal groupe d'immigrants établis au Canada
En 2006, les immigrants nés en Asie (y compris ceux nés au Moyen-Orient) formaient le groupe le plus important d'immigrants établis au Canada, peu importe la période d'établissement. Bon nombre de ceux-ci sont nés dans la République populaire de Chine, à Hong-Kong, en Inde, au Vietnam, aux Philippines, en Iran ou au Pakistan.

Dans l'ensemble, les immigrants nés en Asie âgés de 25 à 54 ans avaient un taux d'emploi nettement inférieur à celui de la population née au Canada, et cet écart était particulièrement marqué chez les immigrants très récents. Le taux d'emploi de ces derniers s'établissait à 63,8 % seulement, comparativement à 83,1 % pour la population née au pays.

Note aux lecteurs
Cette étude est la deuxième d'une série d'articles analytiques fondés sur les données relatives aux immigrants tirées de l'Enquête sur la population active (EPA). Elle met en lumière la relation entre la région ou le pays de naissance des immigrants du Canada, la période d'établissement au pays et la situation sur le marché du travail (le taux de chômage, le taux d'emploi et le taux d'activité) en 2006.

Pour mieux cerner l'expérience des immigrants sur le marché du travail, l'EPA a commencé à recueillir en janvier 2006 des renseignements permettant spécifiquement d'identifier les immigrants en mesure de travailler (15 ans et plus) au sein de la population observée.

Cinq questions ont été ajoutées à l'enquête afin d'identifier les immigrants et de déterminer le moment où ils se sont établis au Canada, leur pays de naissance ainsi que le pays dans lequel ils ont obtenu leur niveau de scolarité le plus élevé. La collaboration entre Statistique Canada, Ressources humaines et Développement social Canada de même que celle de Citoyenneté et Immigration Canada a permis d'ajouter ces questions à l'enquête. L'EPA fournit désormais des données périodiques quant à la situation des immigrants sur le marché du travail.

Le premier rapport faisant état de la situation des immigrants sur le marché du travail, fondé sur les données de l'EPA de 2006, a été diffusé dans Le Quotidien du 10 septembre 2007.

Le deuxième et présent rapport s'appuie sur les résultats du rapport original. Il détermine comment les immigrants de différents pays ou régions de naissance se tiraient d'affaire sur le marché du travail canadien en 2006.

Un troisième rapport, dont la publication est prévue au printemps 2008, analysera la relation entre la région où les immigrants ont fait leurs études postsecondaires et la situation de ceux-ci sur le marché du travail. Enfin, le dernier rapport, prévu à l'automne 2008, examinera les caractéristiques des emplois des immigrants au Canada.
 

Cependant, pour les trois périodes d'établissement visées par l'étude, les immigrants de ce groupe d'âge nés en Asie du Sud-Est obtenaient sur le marché du travail des résultats comparables ou supérieurs à ceux de la population née au Canada. Et parmi ces immigrants, les hommes et les femmes nés aux Philippines jouissent d'une situation particulièrement avantageuse. En fait, le taux de chômage des immigrants très récents natifs des Philippines s'établissait à 5,4 %, soit un taux seulement un peu plus élevé que celui de la population née au Canada (4,9 %).

Les immigrants nés en Europe
Bien que leur proportion diminue au sein de la population immigrante âgée de 25 à 54 ans, les immigrants nés en Europe formaient toujours, en 2006, le deuxième groupe en importance de l'ensemble des immigrants. Bon nombre d'entre eux viennent du Royaume-Uni, de l'Italie, de la Pologne, du Portugal et de la Roumanie.

À l'instar des immigrants de la plupart des régions, les immigrants très récents nés en Europe avaient un taux de chômage supérieur à celui de la population née au Canada, soit 8,4 % comparativement à un taux moyen de 4,9 % pour la population née au pays.

Les immigrants de longue date natifs de l'Europe affichaient, en 2006, un taux d'emploi de 83,9 %, soit légèrement supérieur à celui de la population née au Canada. Ce groupe représentait 33 % de l'ensemble des immigrants de longue date âgés de 25 à 54 ans. De plus, le taux de chômage des immigrants de longue date originaires du Royaume-Uni ou du Portugal était nettement inférieur à celui de leurs homologues nés au Canada.

Les immigrants nés en Amérique latine
Comme les immigrants de presque toutes les autres régions, les immigrants très récents nés en Amérique latine et faisant partie du principal groupe d'âge actif avaient, en 2006, un taux de chômage supérieur à celui de la population née au Canada et un taux d'emploi inférieur. Plus précisément, leur taux de chômage était 2,1 fois plus élevé que celui de leurs homologues nés au Canada. Les immigrants récents et les immigrants de longue date affichaient des taux de chômage et d'emploi qui se rapprochaient beaucoup de ceux de la population née au Canada.

Les immigrants nés en Afrique
Peu importe leur date d'établissement, les immigrants du principal groupe d'âge actif nés en Afrique avaient un taux de chômage supérieur et un taux d'emploi inférieur, comparativement à la population née au Canada et aux immigrants nés dans d'autres régions.

Par exemple, les 70 000 immigrants (chiffre estimatif) très récents nés en Afrique affichaient un taux de chômage plus de quatre fois supérieur à celui de la population née au Canada. Ils avaient également un taux d'emploi plus faible. La situation n'était guère plus reluisante lorsqu'on examinait les diverses régions du continent africain; les immigrants nés en Afrique de l'Est, comme ceux natifs de l'Afrique du Nord, avaient un taux de chômage plus de quatre fois supérieur à celui de leurs pairs nés au Canada.

Les hommes immigrants étaient plus susceptibles de travailler que ne l'étaient les femmes immigrantes
En général, les hommes immigrants du principal groupe d'âge actif étaient plus susceptibles d'être actifs sur le marché du travail canadien que ne l'étaient leurs homologues de sexe féminin.

Plus précisément, les hommes de 25 à 54 ans nés en Europe avaient sur le marché du travail une situation semblable ou supérieure à celle des hommes nés au pays, peu importe leur période d'établissement. Les hommes immigrants de longue date natifs de l'Europe obtenaient de meilleurs résultats sur le marché du travail que leurs homologues nés au Canada.

Pour 2006, l'étude a révélé des disparités plus importantes entre les immigrantes et les femmes nées au Canada. On observait un taux de chômage élevé pour presque tous les groupes d'immigrantes, peu importe leur région de naissance et leur période d'établissement au Canada.

Ce constat est particulièrement notable chez les immigrantes très récentes, celles-ci affichant en 2006 un taux de chômage 2,8 fois plus élevé que celui des femmes nées au Canada ainsi que des taux d'activité et d'emploi significativement plus faibles.

Les jeunes immigrants très récents avaient des taux de chômage élevés
Les jeunes immigrants très récents, âgés de 15 à 24 ans, avaient en 2006 des taux de chômage supérieurs à ceux de leurs homologues nés au Canada et des taux d'emploi inférieurs, peu importe leur région de naissance. Ils présentaient, en revanche, des taux de fréquentation scolaire plus élevés que ceux des jeunes nés au pays.

Les jeunes immigrants récents et de longue date nés en Europe étaient aussi susceptibles que les jeunes nés au Canada d'occuper un emploi ou d'être en chômage.

La plupart des immigrants plus âgés sont nés en Europe et en Asie
L'étude s'est aussi penchée sur la situation des travailleurs âgés. En 2006, le Canada comptait quelque 2,1 millions d'immigrants âgés de 55 ans et plus, et la grande majorité de ceux-ci (93 %) étaient des immigrants de longue date. En fait, la plupart d'entre eux se sont établis au Canada avant 1986. La majeure partie de ces immigrants plus âgés sont natifs de deux régions, soit de l'Europe (59 %) et de l'Asie (25 %).

Parmi cette population plus âgée, les immigrants de longue date nés en Asie étaient, en 2006, beaucoup plus susceptibles d'être en chômage que leurs homologues nés au Canada. Toutefois, globalement, les immigrants de longue date plus âgés, peu importe leur région de naissance, avaient en 2006 un taux de chômage comparable ou inférieur à celui de la population née au Canada.

Provinces : la grande majorité des immigrants s'établissaient en Ontario, en Colombie-Britannique et au Québec
Puisque la grande majorité des immigrants s'établissaient en Ontario, en Colombie-Britannique et au Québec, l'analyse s'est concentrée sur ces provinces.

En Ontario, les immigrants âgés de 25 à 54 ans nés en Asie et en Afrique, peu importe la période d'établissement, avaient des taux de chômage supérieurs à ceux de la population née au pays et des taux d'emploi inférieurs. Les immigrants récents et de longue date nés en Europe et en Amérique latine obtenaient, sur le marché du travail, des résultats comparables à ceux des Ontariens nés au pays.

En Colombie-Britannique, les immigrants récents et de longue date natifs de l'Asie et de l'Europe jouissaient, en 2006, d'une situation sur le marché du travail comparable à celle de la population de la province née au pays.

Au Québec, les immigrants récents et très récents nés en Amérique latine, en Asie et en Afrique affichaient, en 2006, des taux de chômage de deux à quatre fois plus élevés que ceux des Québécois nés au Canada. Les immigrants récents et de longue date nés en Europe présentaient des taux de chômage s'apparentant à ceux de leurs homologues nés au pays.

Définitions, source de données et méthodes : numéro d'enquête 3701.

Un résumé plus détaillé, intitulé «Les immigrants sur le marché canadien du travail en 2006 : Analyse selon la région ou le pays de naissance», qui fait partie de la Série d'analyses de la population active immigrante (71-606-XIF2008002, gratuite), est maintenant accessible. À partir du module Publications de notre site Web, sous Publications Internet gratuites, choisissez Travail.

Pour commander des données ou pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec les Services à la clientèle au 613-951-4090 ou composez sans frais le 1-866-873-8788 (travail@statcan.ca). Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Christel Le Petit au 613-951-3856 ou avec Vincent Ferrao au 613-951-4750, Division de la statistique du travail.

 

Edition: