Back to top

Des groupes incitent Ottawa à contrer le problème du plomb dans les maisons

 

Ottawa, 11 avril 2007 — Les groupes de défense des droits des enfants soutiennent que le fédéral ne fait rien pour contrer les risques d'empoisonnement au plomb dans certaines maisons. Des études suggèrent qu'un enfant sur 20 est affecté par un empoisonnement à la poussière de plomb, qui peut endommager le développement du cerveau et causer des problèmes de comportement, tels que l'agressivité, les difficultés d'apprentissage, le décrochage et l'hyperactivité avec déficit de l'attention.  À l'origine de l'empoisonnement figure la peinture au plomb, qui a été utilisée couramment dans les résidences en Amérique du Nord avant 1960.  Les groupes de défense des enfants ont toutefois indiqué qu'il n'existe aucune étude qui examine précisément l'étendue du problème ou la menace que posent les vieilles maisons au pays. Un des groupes, nommé The First Six Years, vise à sensibiliser Ottawa au problème et mène les pressions en ce sens. Il affirme que 3,5 millions de résidences du pays ont été bâties avant 1960 et qu'un enfant sur quatre y vit. Les divers groupes incitent les gouvernements à mesurer la présence de plomb dans le sang des enfants afin de déterminer les zones à risque et de financer des programmes ciblés. (PC)  

Edition: